Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Je cherche un homme
  • Je cherche un homme
  • : A la manière de Diogène, philosophe cynique, regards sur la politique, l'université, la société.
  • Contact


Paris

Recherche

.

Archives

14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 15:31

Josef Ackermann (Université de St. Gallen (HSG) connue pour le contenu vide de haut niveau pour classes dirigeantes) est le président de la Deutsche Bank, la plus grande banque allemande. Il a joué un rôle important à la tragédie grecque puisque, d’après Le Figaro, « il a participé activement au soutien de la Grèce ».

En effet, du 14 au 17 Mai 2009, Monsieur Ackermann organisait à Athènes, en tant que membre du comité de direction du groupe Bilderberg, une réunion au cours de laquelle la possibilité « d’aide » à la Grèce a été discutée. A la réunion participaient Jean-Claude Trichet (BCE), Eckart von Klaeden (porte parole de Merkel), Robert Zoellick (président de la Banque Mondiale), Fréderic Oudea (président de la Société Générale), Christine Lagarde (ministre de l’économie de N. Sarkozy), Tommaso Padoa-Schioppa (président du comité directeur du FMI, observateur de Strauss-Kahn), Georgios Alogoskoufis (ministre grec de l’Economie) et d’autres bienfaiteurs de la Grèce. Le gouvernement grec (Karamanlis, membre du groupe Bilderberg) assurait la confidentialité et la protection des membres par des patrouilleurs des garde-côtes, des plongeurs, deux avions F16, un hélicoptère de la police et des dizaines de policiers pour éloigner les journalistes.

Le « plan de sauvegarde » de la Grèce a été finalement « activé » par G. Papandreou (premier ministre grec, London School of Economics, président de l’Internationale Socialiste) le 4 mai 2010.

Le dirigeant du groupe Bilderberg, Josef Ackermann est inquiet. « Pour ce qui est de savoir si la Grèce est à l’heure actuelle réellement en mesure de fournir l’effort nécessaire, j’ai des doutes », a-t-il déclaré, ajoutant qu’il s’agissait là « d’efforts incroyables ». Il s’interroge sur « la capacité du pays à rembourser sa dette ». Le banquier suisse a raison. L’inquiétude ne vient pas de l’incapacité du premier ministre libéral G. Papandréou. Il a fait voter intégralement les mesures d’austérité dictées par Strauss-Kahn (voir Memorandum FMI du 2 mai) avec l’appui de l’extrême droite bienveillante. Le pauvre « petit Georges » est incapable de mordre la main du maître qui le nourrit.

Il y a effectivement un danger pour la Banque. Jo Ackermann, usurier de talent, connaît bien l’économie grecque puisque il possède une grosse partie de sa dette (fourguée à Trichet !). La Grèce n’est pas « fiable ». Elle a deux guerre civiles récentes à son actif (1946-49), elle a tiré les leçons de la dictature (1967-74, US-OTAN) et elle a « la marque déposée » de la Démocratie. Et un parti communiste assez influent dans la « basse classe » qui résiste avec les radicaux de SYRIZA. Et si le peuple grec se révoltait ? S’il faisait comme en Islande ? Et s’il réclamait l’indemnisation pour le préjudice subi par l’Allemagne nazie (vol de l’or de la banque de Grèce, destructions et dommages, …) ? C’est le seul pays qui n’a pas été indemnisé par l’Allemagne. Et si le petit peuple grec jouait à la vraie démocratie ? S’il faisait comme le démocrate (c’était une insulte à l’époque) Solon, il y a 2602 ans, qui a supprimé toutes les dettes des citoyens ? Pour ces raisons, le représentant de la classe supérieure de la Suisse alémanique est inquiet. D’où le plan de dénigrement systématique de ceux qui résistent en Grèce (en France Le Figaro et Le Monde font du bon travail subtile). Ceux qui refusent les mesures d’austérité sont « irresponsables », « traîtres de la cause nationale », « anti-européens ».

Sous « la pression de la rue » des ministres grecs (n’ayant plus aucun rôle économique, puisque les ordonnateurs des dépenses sont les contrôleurs du FMI) essaient de réviser les innombrables textes qui protégeaient les élites corrompues. Tous les jours les médias relatent des cas de corruption. Une corruption gigantesque est, par exemple, celle de la société Siemens (« la moitié des députés » est concernée), instruite actuellement par une commission parlementaire, dont le cerveau international était l’ex directeur du cabinet de Mme Merkel. Un autre scandale en cours est celui de l’Eglise, qui ne paye pas d’impôt en tant que premier propriétaire immobilier du pays (avec ses 5700 sociétés, dont un bon nombre off shore). L’Etat paye encore aujourd’hui le salaire des curés (ils sont fonctionnaires de l’Etat) ! Les curés grecs vous diront que l’Etat grec paye moins pour les curés que l’Etat français pour les profs des écoles privées chrétiennes ! Ils sont bien informés !

La priorité actuelle dans l’opinion publique est la mise à l’écart du personnel politique qui a conduit le pays à la catastrophe. Les vrais commanditaires (banquiers, financiers, industriels, armateurs) ne sont que timidement visés faute de preuves et de supports. Lorsque les hommes politiques seront condamnés (si la pression du peuple est suffisante) on aura un peu plus de preuves. Il n’est pas pour l’instant question de saisie, voir de gel, des comptes à l’étranger. Les scandales des commissions occultes (achats d’armes à la France - « l’achat du siècle » de 50 mirages - et à l’Allemagne), les détournements des « paquets » Delors, les dépassements inimaginables des travaux lors des Jeux Olympiques, la gestion catastrophiques des marchés de travaux publiques, l’anarchie organisée au Cadastre, etc. ne sont pas prêts d’être mis à la lumière du jour. Le travail d’assainissement est titanesque et le FMI ne s’intéresse pas à ce type d’assainissement. La situation en France de point de vue de la corruption n’est pas meilleure, mais les soupapes de sécurité sont plus importantes et la Presse (réduite à trois-quatre journaux de marchands d’armes de destruction massive et des banquiers) ne fait aucun travail d’investigation.

Mise à part la classe ouvrière qui est touchée de plein fouet, la petite bourgeoisie (éclairée ou non) supporte la crise provoquée par les dirigeants issus de son sein. Elle se croyait intouchable. Son soutien tantôt à la Droite tantôt au PS la mettait à l’abri. Médecins, architectes, ingénieurs, avocats, professeurs, juges, … s’enrichissaient sur le dos du peuple sans payer d’impôt. Par exemple, une consultation courante chez un médecin généraliste du quartier est de 40 euros (22 en France) et pour une opération chirurgicale une « petite enveloppe » de 1000 euros au moins est exigée. Le gouvernement (n’ayant plus aucun prétexte) publie les noms des médecins de beaux quartiers qui déclarent au fisc moins qu’un ouvrier ! Le fisc redresse à tour des bras. Mais il manque de personnel, car le FMI n’autorise plus les embauches et il n’y a qu’un fonctionnaire sur cinq qui est remplacé. C’est pathétique.

La chasse aux hommes politiques corrompus est ouverte. Aucun député de la droite ou du PS ne peut actuellement circuler librement. Ils sont conspués dans la rue. Des policiers ou gardes de corps les protègent. Georgios Alogoskoufis, le ministre de l’économie de 2004 à 2009 (London School of Economics, membre et serviteur du groupe Bilderberg) a regagné l’université. Depuis novembre, il n’a pas fait un seul cours de peur d’être lynché par les étudiants. La ministre (socialiste) de l’Education (et membre du groupe Bilderberg) le protège. Cette semaine, le premier ministre supervisait la démolition d’une paillote qui polluait la belle côte d’Apollon, « et empêchait le peuple d’accéder à la mer ». La classe supérieure, surtout lorsqu'elle est servie par le PS, a une capacité extraordinaire de rebonds. Elle récupère à son profit même ses crimes. C’est là le problème majeur. En France, comme en Grèce, le problème au niveau politique, n'est pas la droite (car on sait combattre) mais le parti dit socialiste. De Blum à Aubry. L'exemple grec doit nous éclairer davantage.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Dimitri - dans Bulletin
commenter cet article

commentaires

LG 16/05/2010 19:44


@simpliste ? Non, lucide !
Qui détient la finance ?
La crise économique s'appelle bien Goldmann sachs, loeb, lehmann brothers and co que je sache. Qui tient la FED, vous voulez les noms ?
Je cite "
Jews hold America and Americans know it !"


LG 15/05/2010 00:16


toujours la smala Juive et maçonnique!


Dimitri 15/05/2010 08:05



Vous avez une vision trop simpliste. Un peu ignorant. Les Juifs ont conquis déjà la planète Mars. Le Juif Christ y fait des miracles. Occupez-vous de cette affaire et laissez la Terre tranquille.