Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Je cherche un homme
  • Je cherche un homme
  • : A la manière de Diogène, philosophe cynique, regards sur la politique, l'université, la société.
  • Contact


Paris

Recherche

.

Archives

30 août 2010 1 30 /08 /août /2010 17:09

Depuis le premier septembre le blog a déménagé à :


dimitri-blog.fr

 

Les archives (428 billets depuis mai 2007) peuvent être consultés sur ce blog.

Repost 0
Published by Dimitri - dans Bulletin
commenter cet article
26 août 2010 4 26 /08 /août /2010 13:40

Ce blog est hébergé chez over-blog. Depuis peu, mes lecteurs et lectrices ont constaté la publicité qui a envahi le blog. L'hébergeur gagne sa vie avec la publicité. C'est son droit. Pour ma part, question d'éthique, je ne souhaite pas être le support direct et conscient de la publicité. Pour cette raison, il y a trois ans, j'ai quitté le site du Nouvel Observateur pour Over-blog qui n'avait pas d’encarts publicitaires dans les blogs des particuliers.


J'arrête donc mes billets sur over-blog en attendant de trouver un hébergeur sans publicité.

Repost 0
Published by Dimitri - dans Bulletin
commenter cet article
28 juin 2010 1 28 /06 /juin /2010 16:56

En Mai 2006, Mme Ségolène Royal, lors de sa campagne électorale avait dévoilé ses plans :

« Je suis favorable à une solution simple et radicale : l’obligation d’adhérer à un syndicat. »

Stupéfaction, consternation, déception dans le milieu universitaire. Je me rappelle mes collègues bouleversés ; un choc. Ils ne comprenaient plus rien. Nous obliger à se syndiquer ? Quelle horreur ? On n’est pas chez les Soviets. On n’est pas ouvriers. Par contre, interdire la grève, ce serait plus judicieux, étant donné que ce moyen désuet est inconnu dans notre milieu pondéré et raisonnable. Et puis les jeunes sont toujours tentés par l’anarchie.

Mme Royal, bien que blairiste, était dans la tradition française. La loi du Maréchal Pétain du 4 octobre 1941, dite « Charte du travail », interdisait la grève et posait le principe des syndicats uniques et obligatoires (hélas abrogée par l’ordonnance du 9 août 1944).

Quatre ans après, un certain Jean Daniel, de la deuxième gauche et demi - il me semble - a lancé dans les colonnes de son magazine de l’homme moderne :

« J’ai choisi l’obligation pour les travailleurs d’adhérer à un syndicat. Définir l’objectif et oublier le moyen d’y parvenir, ce ne serait pas sérieux ! »

Avec Julliard et Rocard « pour un réformisme radical » ! Avec Valls et Olivennes comme managers ! Ils en profitent de la « mort » de Pen pour vider son programme. Jean-Luc Godard nous dira que « les salauds sont sincères aujourd'hui ».

 

Repost 0
Published by Dimitri - dans Bulletin
commenter cet article
25 juin 2010 5 25 /06 /juin /2010 19:40

« Un jeune homme de 21 ans a été interpellé, mercredi peu avant 23 heures, à La Courneuve pour avoir insulté le président, qui effectuait une visite-surprise dans les quartiers sensibles de ce département. »

En s’adressant à Sarkozy le jeune homme, sans casier judiciaire, avait lancé, selon les propos rapportés à l’audience et qu’il a reconnus : « Va te faire enculer connard, ici t’es chez moi ».

Son avocate a déclaré que son client avait « donné son opinion sur la vie politique à M. Sarkozy. » Le juge l’a condamné à … 35 heures de travaux d’intérêt général. Je rends hommage au juge. Il a tout compris.

La loi c’est la loi. Toute insulte à un représentant de l’autorité publique – du simple gendarme au président de la République – peut donner lieu à des poursuites pour délit d’outrage, un délit dont la Ligue des droits de l’Homme demande l’abrogation.

Pauv’con, tu as beaucoup de courage, mais voilà ce qui arrive, quand on parle comme eux. Le combat est ailleurs, mon fils. Nous n’avons pas les mêmes valeurs qu’eux. L’ouvrier Eugène Varlin agissait autrement. J’espère que le juge va t’enfermer dans une bibliothèque pour lire et faire lire la trilogie de Jules Vallès, travail d’intérêt général très important.

 

Repost 0
Published by Dimitri - dans Bulletin
commenter cet article
24 juin 2010 4 24 /06 /juin /2010 19:14

M. Henry a choisi de voir l'homme au karcher le jour de la grève nationale. Le joueur le plus titré de l'équipe Adidas a été reçu à l'Elysée. Une voiture officielle, digne de son rang, est allée le chercher à l'aéroport. Rien n'a filtré de l'entrevue. Nous croyons savoir que le thème principal de leur discussion cordiale était la réconciliation. Trois points importants ont été abordés : 


- Le plan de pacification de la banlieue francophone ;

- Le régime fiscal qui frappe les élites du football ;

- Le cas Finkielkraut.


Il semble que les deux hommes se sont mis d'accord rapidement sur les deux premiers points. Le troisième, d'ordre idéologique, est plus compliqué surtout que l'ambassade d'Israël aurait son mot à dire. La question serait réexaminée après la libération de Polanski. Le cas d'un professeur est en théorie difficile, car étant fonctionnaire il ne peut pas être licencié. Jospin avait mis en disponibilité (payé sans affectation) le professeur Faurrisson, le négationniste connu.

 

Repost 0
Published by Dimitri - dans Bulletin
commenter cet article
24 juin 2010 4 24 /06 /juin /2010 10:57

L’appel du 12 mars 2004 aux jeunes générations, à l’occasion du 60e anniversaire du programme de la résistance est toujours d’actualité. Ensemble, dans l’unité, mobilisons-nous pour nos retraites.

 Appel des Résistants

Au moment où nous voyons remis en cause le socle des conquêtes sociales de la Libération, nous, vétérans des mouvements de Résistance et des forces combattantes de la France Libre (1940-1945), appelons les jeunes générations à faire vivre et retransmettre l’héritage de la Résistance et ses idéaux toujours actuels de démocratie économique, sociale et culturelle. Soixante ans plus tard, le nazisme est vaincu, grâce au sacrifice de nos frères et sœurs de la Résistance et des nations unies contre la barbarie fasciste. Mais cette menace n’a pas totalement disparu et notre colère contre l’injustice est toujours intacte.


Nous appelons, en conscience, à célébrer l’actualité de la Résistance, non pas au profit de causes partisanes ou instrumentalisées par un quelconque enjeu de pouvoir, mais pour proposer aux générations qui nous succéderont d’accomplir trois gestes humanistes et profondément politiques au sens vrai du terme, pour que la flamme de la Résistance ne s’éteigne jamais :


Nous appelons d’abord les éducateurs, les mouvements sociaux, les collectivités publiques, les créateurs, les citoyens, les exploités, les humiliés, à célébrer ensemble l’anniversaire du programme du Conseil national de la Résistance (C.N.R.) adopté dans la clandestinité le 15 mars 1944 : Sécurité sociale et retraites généralisées, contrôle des « féodalités économiques », droit à la culture et à l’éducation pour tous, une presse délivrée de l’argent et de la corruption, des lois sociales ouvrières et agricoles, etc. Comment peut-il manquer aujourd’hui de l’argent pour maintenir et prolonger ces conquêtes sociales, alors que la production de richesses a considérablement augmenté depuis la Libération, période où l’Europe était ruinée ? Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l’ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l’actuelle dictature internationale des marchés financiers qui menace la paix et la démocratie.


Nous appelons ensuite les mouvements, partis, associations, institutions et syndicats héritiers de la Résistance à dépasser les enjeux sectoriels, et à se consacrer en priorité aux causes politiques des injustices et des conflits sociaux, et non plus seulement à leurs conséquences, à définir ensemble un nouveau « Programme de Résistance » pour notre siècle, sachant que le fascisme se nourrit toujours du racisme, de l’intolérance et de la guerre, qui eux-mêmes se nourrissent des injustices sociales.


Nous appelons enfin les enfants, les jeunes, les parents, les anciens et les grands-parents, les éducateurs, les autorités publiques, à une véritable insurrection pacifique contre les moyens de communication de masse qui ne proposent comme horizon pour notre jeunesse que la consommation marchande, le mépris des plus faibles et de la culture, l’amnésie généralisée et la compétition à outrance de tous contre tous. Nous n’acceptons pas que les principaux médias soient désormais contrôlés par des intérêts privés, contrairement au programme du Conseil national de la Résistance et aux ordonnances sur la presse de 1944.

 

Plus que jamais, à ceux et celles qui feront le siècle qui commence, nous voulons dire avec notre affection : « Créer, c’est résister. Résister, c’est créer ».

 

Signataires : Lucie Aubrac, Raymond Aubrac, Henri Bartoli, Daniel Cordier, Philippe Dechartre, Georges Guingouin, Stéphane Hessel, Maurice Kriegel-Valrimont, Lise London, Georges Séguy, Germaine Tillion, Jean-Pierre Vernant, Maurice Voutey.

Repost 0
Published by Dimitri - dans Bulletin
commenter cet article
23 juin 2010 3 23 /06 /juin /2010 18:59

 

J'ai regardé TF1 pour sa pub et les commentaires de ses présentateurs du match de la coupe du monde Adidas-France contre Adidas-Afrique du Sud. Pour me rendre compte de la profondeur de la pourriture. Effectivement, « le métier de TF1 est d’aider Coca Cola à vendre son produit ». TF1 a échoué. L'action TF1 a baissé. Mauvais positionnement des managers pourtant très bien payés. Pour renflouer la caisse, pendant l'été le peuple aura droit à une overdose de porno-chic. Les fiançailles d’Albert sont également à l’étude.

 

Revue de la presse soviétique

Karl Lagerferd a rhabillé Libération : « L'ultime fiasco des Bleus. Ils devaient jouer pour les « enfants qui ont les Bleus pour modèles ». Les joueurs français ont échoué : battus par l'Afrique du Sud (1-2), ils sortent d'un Mondial cauchemardesque ». Le groupe Rothschild, par mauvais positionnement sur le secteur, attendait de l'équipe Adidas-CA-Carrefour qu'elle joue pour l'éducation de nos enfants !

« Les rats vont-ils quitter le navire ? » Le Figaro sort l'arsenal antisémite pour défendre la cause saucisse-pinard. Et « le bruit et les odeurs » c'est pour plus tard ? L’été sera chaud.

Le Monde, journal de « référence » à vendre avec les journalistes, fut sobre. Et si la bande Anelka rachetait le journal contre Pedriel-Bergé-Sarkozy ? Imaginer la tête de Finkielkraut !

En direct de Polytechnique : « On a plutôt envie de vomir avec la génération caillera, il est temps de ne plus sélectionner des voyous arrogants et inintelligents et de sélectionner des gentlemen. Il faut prendre acte des divisions ethniques et religieuses qui minent cette équipe. L’équipe de France est une bande de voyous qui ne connaît comme morale que celle de la mafia. » Tremblez petites filles de 13 ans !

Les petits merdeux avaient deux obligations : gagner et fermer leur gueule. On ne peut pas toujours gagner ; c'est normal, sauf Finkielkraut, l'élite des élites qui gagne toujours. Mais il faut toujours fermer sa gueule. Surtout quand on les paye trop cher pour ça. Qui pourrait imaginer « les riches faire grève ». Ils ont réussi certes leur assimilation, néanmoins ils ont compromis leur intégration. Le chef de la mutinerie est convoqué à l’Elysée.

Les islamo-fascistes ont pris en otage l'équipe Adidas pour faire pression sur Israël …

Le coq dans la merde est roi

« Saint-Martin, patron de la France, priez pour nous. » Le constat est accablant. « Catastrophe pour le sport  français » dira un journaliste important qui confond sport et sponsor. « L'équipe de France est un champ de ruines, physique, technique et moral, la défaite de ce soir était la chronique d'un désastre annoncé, maintenant il faut tout reconstruire », a dit la ministre, mécontent de l'hôtel (?). « J'estime que 50 ans de valeurs se sont écroulés » dira le président ; la crise des valeurs (en Bourse) est impitoyable. « Le majordome, dans le salon, avec le dictaphone. » Dans le vestiaire. Mon dieu, où va-t-on ? Les mécréants sont là. Après Poitiers, Trappes et la synarchie dans l'équipe des élites Adidas. Et nos valeurs ? Vous vous rendez compte ? « Va te faire enculer, sale fils de pute » ! Des blacks qui parlent comme Sarkozy ! « Il faut nettoyer le football français, de la cave au grenier », crie le normalien de service. Vite, les sponsors se désengagent.

La situation est grave. La paix sociale est rompue. Les cons pensent encore à la grève. Le dossier retraites risque d'être pris en otage par la racaille. Les nouvelles de ce matin sont alarmantes dans Le Figaro : « Les armes se banalisent en banlieue. Des gangs mettent en commun leur arsenal, sous le contrôle des caïds. » El l'armée ? Notre Bigeard est mort ... je pense à Dien Bien Phu ... Algérie … Besson ... Hortefeux à l'aide ...

 

Plus rien ne sera jamais comme avant

« Non, Je ne m'appelle pas Domenech ».  On mettra des micros dans les vestiaires. Des drones survoleront les stades. Les contrats avec les partenaires seront revus et sécurisés ; le Crédit Agricole a donné plus d'argent pour sauver la Grèce que pour nettoyer le sport français. Un plan de vaccination contre la grève de tous les jeunes de la banlieue francophone est prévu avec le stock qui reste. La France trouvera son rang ; les suites princières humiliantes seront remplacées par des suites royales pour les ministres et les élites. Les cadeaux pour anniversaire de nos élites seront étendus pour inclure les filles de 13 ans. L'héritière de Venus-Beauté essaiera d'investir un peu dans les produits fiscaux. Carla et Brigitte seront obligées de créer plus. La nouvelle équipe Nike, pure, toute blanche, immaculée sera lancée après validation par Sarkozy.

La Caillera paiera ! On gardera Fadela faute de mieux. Rachida sera nommée ambassadrice à l'Oréal. Finkielkraut prendra le grand ministère France Inter-France Culture-Europe 1. Jesse Owens ne courra plus sur les antennes aux heures de grande écoute. Le traître des vestiaires Guillon sera guillotiné. M. Blanc choisira les plus blancs parmi les blacks, des gentlemen s'il en existe, ceux qui « s’expriment dans une langue élégante ». Les pogroms républicains, c'est fini. Le savoir-faire de la classe supérieure sera enseigné aux classes inférieures. TF1 sera dotée d'un nouveau panneau virtuel ultra perfectionné pour les sponsors pendant les interviews. Trappes sera démolie.

 

Repost 0
Published by Dimitri - dans Bulletin
commenter cet article
22 juin 2010 2 22 /06 /juin /2010 14:05

Mardi 22 juin, 14h00, avant le match.

 

Espèces de connards, vous permettez à une pharmacienne de province, qui parle patois, et qui ne pèse même pas le millième de votre chiffre d'affaires, de vous faire la leçon. Vous êtes minables. De surcroît mal élevés. Vous ne connaissez rien mais vraiment rien de votre nouvelle classe, pauvres cons.

Laissons de côté L'Equipe (journal des sports !) et Le Monde (que vous auriez pu acheter avec votre pognon, espèces d'abrutis). Les deux grands journaux des élites internationales ont bien saisi le fond de l'affaire. The Times parle de « guerre civile en règle » et le Wall Street Journal pointe la faute originelle : « Nous avons été stupéfaits d'apprendre que l'équipe de France a refusé de s'entraîner dimanche ».

Allons-y.

Amateurisme. Vous ne maîtrisez pas le processus de production. Vos partenaires (on dit sponsors) vous ont lâchés, car vous acceptez n'importe qui comme financier. Vous vous croyez en banlieue où une parole d'honneur suffit. On n'est pas le meilleur avec des alliances douteuses. A l'entraînement, vous aviez l'air sortis de l'époque soviétique sans les signes ostentatoires de richesse sur vous. Vous êtes incapables de fournir à votre ministre une suite princière de son rang. En plus, vous avez terni « l'image de vos sponsors ».

 Le traître. Les bourgeois recherchent « la réduction à tout prix de l’incertitude des rencontres ». Vous, espèces de banlieusards, qu'avez-vous fait pour éliminer les intrus dans le vestiaire ? La  « stratégie » se discute entre gens de confiance dans un Conseil d'Administration restreint. Vous avez chacun un journaliste attitré (indépendant bien sûr), vous faites mieux qu'un homme politique. D'accord. Mais on doit être seul quand on discute stratégie. L'élimination du traître se fait suivant des codes bien établis. Vous êtes des amateurs niveau TF1. Pour éliminer un traître, on ne se prend pas comme à Trappes, pauvres misérables. Il y des codes à respecter chez les bourgeois. Vous êtes incapables de contrôler même votre personnel journalistique.

 L'insulte. Espèces d'illettrés, on ne parle pas en privé (dans un vestiaire) comme le président en public. « C'est inadmissible », a-t-il crié le président à Leningrad, devant son pupitre à sa hauteur, à coté du mafieux russe. A-t-il le droit ? Gagne-t-il plus que vous ? Vous n'avez pas le droit de dire à quelqu'un « va te faire enculer ». Ca ne se fait pas à la haute. Par contre, enculer une petite fille de 13 ans est un signe d'appartenance à la société cultivée. Vous auriez le président et les philosophes avec vous, pauvres imbéciles.

La grève. Wall Street Journal a raison. Les riches ne font pas grève. Avez-vous vu M. Finkielkraut faire grève ? Et le BHL (de quoi d'ailleurs ?). Vous êtes des gamins. On ne fait pas grève à votre niveau. Vous n'êtes pas intégrables à la classe supérieure. Même le lock-out est interdit (sauf si on délocalise).

 

Mon grand maître Jules Michelet (1798-1874), pauvre et grand prof irrécupérable, disait de vous : « Presque toujours, ceux qui montent [les enfants de la classe ouvrière], y perdent, parce qu'ils se transforment ; ils deviennent mixtes, bâtards ; ils perdent l'originalité de leur classe, sans gagner celle d'une autre. »

Qui parmi vous, espèces de ploucs, participe à des dîners au moins deux fois par semaine, qui connaît les prénoms de ses arrière-grands parents, qui va à l’Opéra et au théâtre une fois par mois, et se souvient des vacances de son adolescence avec tous ses cousins à Biarritz ou à Deauville ? Pour faire partie de la « société d'admiration mutuelle », il faut de l’éducation, des codes, de la communication, des manières.

Votre façon de parler, vos expressions… la façon de se tenir. Tout est à refaire. Demandez des conseils à Finkielkraut, espèces d'idiots. Il y a des choses qu’on dit, il y a des choses qu’on ne dit pas. Il y a des choses qu’on achète, il y a des choses qu’on n’achète pas (rarement). Vous n'avez rien compris de la violence. Vous êtes restés au niveau du primaire. Votre seule innovation est de s'offrir Zahia comme cadeau d'anniversaire. C'est insuffisant.

Le bourgeois, côté jour, il excelle par son élégance et sa politesse. Les saloperies se font à l'ombre des Cathédrales, dans des lieux secrets. Personne encore ne vous a invité au club Bilderberg. Vous êtes encore dans la classe dominée. Et la classe dominée ne doit pas connaître les mécanismes du pouvoir. Espèces de « blacks, blacks, blacks », vous êtes des blancs colorés. Vous sentez le Finkielkraut.

J'ai envie de vous traiter de tous les noms. Mais jamais, jamais « fils de sale pute ». Car la souffrance des mères de notre banlieue francophone est incommensurable. Même la bourgeoisie le sait. La dignité ne s'achète pas. Cette valeur est la notre.  

* * * * *

La seule manière pour prendre la revanche contre le personnel politique de votre classe qui vous refuse l'appartenance est de gagner cet après-midi 4-0 sans sponsors (ainsi nos enfants regarderont le foot). Arrachez la pub de votre peau. Un beau maillot tricolore sans souillure où pour la première fois ce sera marqué FRANCE. Et la Marseillaise (le plus beau chant). Vous en êtes capables. Faites vous-mêmes l'équipe. Votre sélectionneur ne gagne pas plus que vous. Jouez avec haine (mais pas contre équipe adverse), avec abnégation, ensemble, comme à Trappes. Vous avez le talent. Avez-vous la volonté politique ?

Jetez leurs primes à la figure. Jouez pour nous une fois.

La mafia politique vous attend au virage à 16h ce mardi. Si vous perdrez, vous êtes foutus. Si vous gagnez, vous serez haïs.

 

Repost 0
Published by Dimitri - dans Bulletin
commenter cet article
20 juin 2010 7 20 /06 /juin /2010 09:36

Adidas, élément de premier plan de l’identité nationale, s’est fait battre au championnat du monde par le Mexique. L’hôtel n’était pas assez confortable. Dégâts collatéraux : l’action TF1 perd près de 3%.

* * * * *

Le rocardien, actuel secrétaire d’Etat à quelque chose, s’est fait payer 12.000 euros de cigares par l’Etat. La classe supérieure signale toujours son passage par une fumée épaisse.

* * * * *

Les journalistes de France Inter ont adopté le 18 juin une motion dans laquelle ils « expriment leur colère face aux choix et aux méthodes de Philippe Val », leur patron, « dans la confection de la grille de programmes » de la rentrée.

Une flottille de liberté pour France Inter serait la bienvenue.

* * * * *

Le Matin, journal de la collaboration, écrivait le 20 Juin 1940 : « Le ministère de l’intérieur communique que le général de Gaulle ne fait plus partie du gouvernement. Il a été rappelé de Londres à Paris et ses déclarations à la capitale britannique doivent être considérées comme nulles et non avenues.»

Vingt jours après, l'Assemblée nationale siégeant à Vichy  donne les pouvoirs constituants à Philippe Pétain.

Votes exprimés : 649, Pour : 569, Contre : 80, Abstention : 20.

C’est quoi la France ? Qui est Français ?

 

Repost 0
Published by Dimitri - dans Bulletin
commenter cet article
19 juin 2010 6 19 /06 /juin /2010 16:16

[L’auteur des lignes qui suivent considère y compris et surtout quand le mot « insulte » est employé, qu'il ne saurait s’appliquer au cas personnel de Nicolas Anelka, la soi-disant victime ayant elle-même retiré toute plainte. ]


L'Equipe, le journal des milieux de la Finance, rapporte que Nicolas Anelka aurait adressé à Raymond Domenech « va te faire enculer, sale fils de pute ».

J'étais convaincu de l'innocence de Polanski. Les accusations, imaginaires, odieuses et insultantes étaient proférées par les gens médiocres par pure antisémitisme. Cette fois encore c'est par racisme, par jalousie contre le meilleur artiste du football qui parle un français aussi riche que le président de la république.

Ce Samedi, je n'ai pas pu joindre ni BHL ni Finkielkraut (sont-ils revenus de Jérusalem ?) pour lancer une pétition pour la défense de notre génie, l'immense joueur qui honore le maillot Adidas, attaqué injustement par une presse raciste à scandale pour une affaire qui éclate trois jours après les faits.

Pourquoi une telle campagne raciste contre Anelka ?

« La Meute »? Voilà bien un titre qui rappelle cette phrase de François Mitterrand prononcée aux obsèques de Pierre Bérégovoy : « toutes les explications du monde ne justifieront pas que l’on ait pu livrer aux chiens l’honneur d’un homme. »

Sur l'affaire Anelka, je ne veux plus polémiquer.

Ni avec un coéquipier, qui, interrogé sur la situation de son camarade, n'a rien trouvé d'autre à répondre qu'un vague « nous sommes tous pour la liberté d'expression, on se bat pour ça tous les jours » - ce qui, dans le meilleur des cas, ne veut rien dire et, dans le pire, s'appelle se défausser et se moquer du monde.

Ni même avec le président de la Fédération, dont il faut bien dire qu'il a eu, lui aussi, une réaction qui ne lui ressemble pas : « il y a le joueur et le citoyen ; le joueur est un immense joueur ; mais il y a le citoyen et personne n'est à l'abri des lois » - non, mon cher ! pas vous ! pas ça ! je ne peux croire que vous ne soyez, vous, informé de l'état exact du dossier et du fait que votre ami Nicolas Anelka n'est justement pas, à l'abri des lois !

Je n'ai même pas envie de m'emporter contre les quelques-uns - peut-être joueurs de football « immenses » mais, à coup sûr, pleutres « citoyens » - qui nous ont fait savoir que « oui, bien sûr, la pétition pour Anelka... la justice... le droit... mais mes intérêts de footballeur ? est-ce qu'un footballeur peut, par amour de la justice et du droit, risquer de passer à côté d'un trophée sud-africain ? et est-ce que c'est bien le moment de s'afficher aux côtés de ce prestigieux collègue, Trophée Barclays Golden Boot Award, mais devenu désormais, en vertu du seul caprice d'un sélectionneur lyonnais, ce fils d'immigré catalan, en campagne électorale (car les sélectionneurs sont, comme on sait, élus par la Fédération), un personnage infréquentable ? »

Non. Je veux juste rappeler à qui veut et peut encore les entendre des vérités de fait et de bon sens. Anelka renvoyé en France ? Il est déjà assigné à son hôtel sans contact avec ses deux enfants qui ne le verront plus à la télé. C'est ignoble !

Anelka, a payé ; il a commis, certes, un délit, mais il a payé pour ce délit ; aucun joueur de son talent n'a jamais été exclu au milieu d'un match aussi important de notre sélection nationale ; et il a payé, soit dit en passant, alors qu'aucun des 10 autres délinquants, le même jour, dans le même comté de l'Afrique du Sud, de délits de même nature n'a jamais, contrairement à lui, et contrairement à ce que croient, à nouveau, les justiciers du dimanche répétant comme des ânes que sa célébrité l'a « protégé », passé un seul instants à la touche.

L'affaire Anelka, en d'autres termes, naît à l'instant très précis où le sélectionneur, sous la pression de l'opinion et d'une presse chauffée à blanc par la notoriété sulfureuse du champion d'Angleterre 2010, choisit de déchirer l'accord ou, plus exactement, de ne pas l'homologuer comme titulaire du maillot Adidas.

Et s'il ne change rien, c'est que j'ai le sentiment, ce faisant, de défendre, non un ami (je répète, pour la énième fois, que je ne connaissais, avant l'affaire, pas encore Nicolas Anelka), mais le Droit.

C'est un pays qui me dégoûte depuis longtemps. C'est Gestapoland. Ce qui m'énerve par-dessus tout, c'est cette espèce de neutralité sous laquelle on se déguise pour ne jamais avoir à s'engager. Au final, on est plus salaud que les salauds.

Quand la justice juge un génie (comme Anelka) elle doit faire preuve de génie. La justice doit juger le plus génialement possible les médiocres. On ne supporte pas qu’elle juge le plus médiocrement possible les génies.

Anelka  et Polanski sont innocents, victimes de complot.

 

Repost 0
Published by Dimitri - dans Bulletin
commenter cet article