Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Je cherche un homme
  • Je cherche un homme
  • : A la manière de Diogène, philosophe cynique, regards sur la politique, l'université, la société.
  • Contact


Paris

Recherche

.

Archives

1 janvier 2010 5 01 /01 /janvier /2010 12:06

Le bien-être des pauvres,

des gens du peuple et des classes inférieures

et la multiplication des gens de cette sorte

renforcent la démocratie.

(Constitution d’Athènes, I, IV).

La Grèce en faillite ! L’Europe s’émeut. Les agences de notation ne donnent pas cher de la survie de la « race » hellénique. Pourvu que la démocratie disparaisse avec.

Faisons le point sur la faillite. Le gouverneur de la Banque de Grèce gagne quatre millions d’euros par an, « salaire » conforme aux standards européens. Les golden boys des entreprises performantes (secteur public et privé) ont des salaires supérieurs à cinq cent mille euros. Les Banques auront cette année des bénéfices déclarés supérieurs à dix milliards. Le port de Pirée est vendu, les accords pour le gazoduc sont défavorables aux Grecs, les achats d’armes sont en progression.

Le marché grec est déjà saturé. Les grandes marques n’arrivent pas à innover en gadgets. Le capitalisme vert qui propose une décadence durable n’est pas encore adopté par les Grecs, méfiants au progrès.

Les classes moyennes (supérieures) sous prétexte de vivre les derniers moments de l’humanité s’éclatent à Arahova (Saint Moritz grec des enrichis légalement par la Crise). Tout de même, ils ont une pensée affectueuse à la racaille de la banlieue grécophone. Les rebetica en boucle en témoignent.

Les investissements des riches entrepreneurs grecs dans les Balkans et en Turquie atteignent des sommets inimaginables il y a quarante ans. La délocalisation de l’argent est plus facile que la délocalisation de l’usine.

Le paradis fiscal en Europe s’appelle Grèce. Mieux que la Suisse. Les riches ne payent pas d’impôts (27%). La petite bourgeoisie est gâtée (profs, médecins, architectes, avocats, ... déclarent au fisc moins que les ouvriers !). L’Eglise (orthodoxe !) est exempte d’impôts. Aucun contrôle fiscal. Les trois-quart des 195 médecins de Kolonaki (quartier équivalent du 16e arrondissement de Paris) gagnent moins de trente mille euros par an !

Le droit du travail a été complètement défait. Exploit à l’actif du gouvernement précédent, lequel pourtant n’avait pas l’air tellement sarkozyste. Flexibilité et stages (prononcés en anglais, la langue d’Homère n’étant pas assez riche) sont les maîtres-mots du patronat moderne. Les jeunes et vieux sont les variables d’ajustement. La main d’oeuvre étrangère bon marché sans droits ni toit enchante les patrons au détriment de la classe ouvrière autochtone plus chère, frappée durement par la crise. Le racisme, fils de la misère, s’est installé au pays de Xenios Zeus. « On réserve les allocs aux étrangers ! ». Déjà vu en France. Ici, les Arabes on les appelle Albanais. Pourtant, « l’identité nationale » à la grecque tient bon. Les minarets, de l’époque de l’occupation ottomane, font partie du paysage. La burqua, comme objet sexuel nouveau, n’est connue des Athéniens que par la pub à la télé de Citroën C5.

Les scandales et la corruption sont les invariants du système libéral. L’impunité est presque garantie par la Loi. La moitié des députés grecs ont été impliqués dans le scandale Siemens (pots de vin, commissions) dont le cerveau européen fut le directeur de cabinet de Mme Merkel. Le nouveau gouvernement PS promet la transparence. Les libéraux dénonceront la « transparence totalitaire » et le gouvernement ajournera le projet (timide).

Curieux peuple grec ! Il a la Presse la plus libre au monde. Nombre de journaux incalculable. De tout bord (ou presque). Hélas de qualité médiocre. Internet prend le relais doucement, mais moins qu’en France. Le dégoût en France pour Figaro-Monde-Liberation n’a pas affecté les journaux grecs correspondants. Il est vrai en Grèce, il n’y a pas de « philosophes » (BHL, Finkielkraut, …). Les Grecs se sont toujours méfiés des sophistes.

Les agences de notation, voyous de la finance internationale, ont déclassé la Grèce. Les pauvres Grecs ont osé porter au pouvoir la social-démocratie (la plus soft). « La social-démocratie conduit au stalinisme ». Les profits sont en baisse. Les gens revendiquent. C’est mauvais pour la santé du Capital. Les requins de la finance font pression sur le gouvernement pour combler le déficit, car la confiance (qui signifie bénéfice maximal) est rompue. Le gouvernement calme les milieux financiers. Il a promis de faire « tout ce qui est nécessaire » pour restaurer la crédibilité financière (remplacement d’un fonctionnaire sur cinq seulement et la privatisation de tout ce qui reste de juteux). Qui dit mieux ?

En Grèce comme en France les coupables sont connus : Les ouvriers qui revendiquent, les employés qui ne travaillent pas assez, des retraités qui n’investissent pas, les étrangers qui mangent le pain et les allocations des autochtones, les syndicats qui ne sont pas consensuels, les partis politiques non libéraux.

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article
28 décembre 2009 1 28 /12 /décembre /2009 21:49

L’Histoire se répète souvent, des fois sous forme de tragédie parfois sous forme de farce.

Le 2 juin 1941, le collabo antisémite Robert Brasillach écrit dans Je suis partout : « Il faut régler le problème juif parce que le juif est l’étranger, qu’il est l’ennemi, qu’il nous a poussés à la guerre et qu’il est juste qu’il paie. »

Le 28 juillet 2006, le sioniste BHL écrit dans Le Monde : « Ce Hezbollah dont chacun sait qu’il est un petit Iran, ou un petit tyran, qui n’a pas hésité à prendre en otage le Liban… [vous remarquerez son jeu de mots style Le Pen]. Et puis, en fond de décor, ce fascisme à visage islamiste, ce troisième fascisme, dont tout indique qu’il est à notre génération ce que furent l’autre fascisme, puis le totalitarisme communiste, à celle de nos aînés… »

Le 25 septembre 1942 le « brillant » normalien Robert Brasillach écrit dans Je suis partout : « il faut se séparer des juifs en bloc et ne pas garder les petits ». Il était intouchable à l’époque, comme BHL aujourd’hui.

Le 3 octobre 2006 le « brillant » normalien BHL écrit dans le Monde : «… Les temps en Europe redeviennent durs. L’heure n’est pas à la lâcheté. »

Un des théoriciens du pétainisme et de la défense de l’Occident écrivait dans Je suis partout, le 25 août 1939 : « La France doit prendre l’initiative du véritable pacte antikomintern ».

Le conseiller de Royal et de la défense de l’Occident, dans Le Point du 15 mai 2008, éprouve de « la nostalgie du temps où la France inventait, et imposait au monde, le droit et le devoir d’ingérence. »

Les théoriciens de la Collaboration étaient contre la démocratie. Il n’y a pas besoin de preuve. Le sioniste Adler déclarait le 10 janvier 2009 à FR3 : « Je suis pour la démocratie à géométrie variable ! ». Pas moins que ça,

Les sionistes et conservateurs (il ne reste plus qu’eux, repartis à gauche et à droite) considèrent que l’Etat d’Israël est un poste avancé de la défense de l’Occident, concept élaboré en particulier par M. Bardèche. En dehors du problème local, « la civilisation occidentale se défend au Proche-Orient contre la barbarie orientale ». « Très bientôt, dans vingt ans, dans dix ans peut-être, la race blanche en Europe devra lutter pour sa survie » (Bardèche, 1984).

Le langage de la haine est le même à travers les périodes récentes. Dans les deux cas, le peuple sémite (Juifs et Palestiniens) est la cible. Ils « traitent des cibles » dans leur jargon colonial. Il n’y a pas de grandes différences entre la haine des intellectuels organiques du Pouvoir actuel (Glucksmann, BHL, Finkielkraut, Adler, Val, …) contre les Arabes et la haine des intellectuels collabos (Brasillach, Drieu La Rochelle, Rabatet, Châteaubriant, …) contre les Juifs. Leurs points communs : l’anticommunisme (ce qui les cimente), l’antisémitisme (contre les Arabes et/ou les Juifs), la « démocratie à géométrie variable » des « élus supérieurs » (contre la banlieue « francophone », contre les arabes israéliens), la collaboration avec le pouvoir en place, la « haute » culture (chambres à gaz le matin, concert le soir ; apologie de crimes de guerre, … )

La démission ou l’ostracisme des intellectuels démocrates permet aux extrémistes de la classe supérieure de manipuler l’opinion publique.

 

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article
24 décembre 2009 4 24 /12 /décembre /2009 13:06

J’adore les papes. Tous les papes surtout les plus anticommunistes, les plus fascistes, les plus sarkozystes, comme Joseph Ratzinger, ex-membre des Jeunesses hitlériennes, Pie XI pour son concordat avec Mussolini, Pie XII pour son concordat avec le nazisme. Mais surtout Jean-Paul II, spécialiste des canonisations fascistes comme celle de Escrivá de Balaguer, fasciste et débauché. Il n’a pas eu le temps de béatifier Pinochet.

J’admire la bravitude du pape qui a mis à l’index Montaigne et Descartes mais pas Mein Kampf. J’admire le courage du saint pape qui a mis à l’Index Sartre mais pas le protocole des sages de Sion.

Le Pape Benoît XVI est le plus courageux, le plus dynamique, le plus divin, digne représentant de dieu sur terre. Il est l’auteur du document secret du Vatican, rédigé en 1962, indiquant aux évêques la marche à suivre dans les affaires de « crimen sollicitationis », d’abus sexuels sur mineurs. Les cinéastes s’en inspirent aussi aujourd’hui.

Pour le saint pape « le parti le moins éloigné du droit naturel c’est le Front national ». Et Mgr Richard Williamson le moins éloigné du Christ. Bien vu, mon père !

Ratzinger espère béatifier Pie XII et Jean-Paul II ! Ils seront des saints ! Mussolini, Kissinger, Betancourt suivront. Que dieu, tout puissant, lui donne longue vie.

Le 5 juillet 1943, le pape Pie XII réitère à l’ambassadeur allemand Weizsäcker « son affection pour l’Allemagne et le peuple allemand, […] parle de son expérience avec les communistes à Munich en 1919 […] et condamne la formule absurde [des États-Unis] de « reddition sans condition » exigée [de l’Allemagne]. L’ambassadeur voit dans le discours du pape, selon ses propres mots, « la forme d’une reconnaissance des intérêts communs avec le Reich au moment où a été évoqué le combat contre le bolchévisme ».

Le théologien du PS qui vote Dany, grand historien du NouvelObs, M. Julliard, est en colère consensuelle. Il s’y connaît en sanctification. Il est d’accord pour béatifier fascistes et anticommunistes mais pas ceux qui ont gardé le silence aux massacres des Juifs. Il retrouve la mémoire : « Le silence coupable de Pie II face à l’extermination des juifs est un fait, mais celui de Churchill, de Roosevelt, de De Gaulle, de la Croix Rouge ne sont pas moins avérés. » Ah bon ! Les élites du « monde libre » étaient antisémites ! Secret de polichinelle. Il nous dévoile le secret : « On en cause pourtant très peu. Ils avaient d’autres priorités, c’est entendu. Mais le pape aussi. »

D’une manière concertée l’extrême droite lâche De Gaulle. Serge Klarsfeld, chef d’orchestre, attaque De Gaulle 66 ans après son crime (le double de Polanski ! ) : « Et puis, si l’on parle beaucoup de Pie XII, pourquoi ne regarde-t-on pas aussi le général de Gaulle ? Il est considéré comme un saint en France ! Eh bien, lors de l’été 1942, après la rafle du Vel’ d’hiv, le général de Gaulle n’a pas élevé la voix. Pourtant, par la suite, de nombreuses autres rafles ont suivi, menées uniquement par des uniformes français et organisées par l’administration préfectorale ! Le général de Gaulle n’a pas élevé la voix pour avertir par exemple : “Fonctionnaires, si vous arrêtez les juifs, vous serez arrêtés et traduits en justice !”»

On lâche De Gaulle pour le concordat Vatican-Israel ! Il continue : « Pie XII a joué un rôle déterminant contre Hitler, mais aussi dans la lutte contre le communisme en Europe de l’Est […] Il n’y a aucune raison pour que Pie XII ne devienne pas saint ».

La cohésion de la famille Ratzinger-Julliard-Polanski se fissure. C’est fini le temps où le professeur Julliard nous racontait que « le pape avait réconcilié l’Eglise avec … la démocratie ! » Le spectacle vaut le détour. Ils finiront par mettre la burqa. Spectatores, plaudite !


 

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article
21 décembre 2009 1 21 /12 /décembre /2009 16:47

De plus en plus des gens vivent dans le métro, dans la rue, sous les ponts. La misère s’est installée dans un pays riche. Le libéralisme dans toute sa splendeur. La situation n’est si grave dans la mesure où on peut masquer cette réalité.

Un jour peut-être une grande puissance utilisera « le droit d’ingérence » pour appliquer les droits élémentaires de l’Homme en France. La télévision libérée montrera la vie royale au palais de l’Elysée, à Matignon, place de Vosges et ailleurs. Ce jour-là, des citoyens seront d’accord avec les libérateurs. Les nouveaux maîtres changeront le modèle, le temps de la reconstruction. Le peuple haïra les anciens maîtres. Les nouveaux maîtres seront haïs à leur tour.

Lorsque le peuple n’est pas maître de son destin, d’autres se chargent de faire son bonheur.

 

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article
10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 14:39

Le président Obama hésitait. Finalement son prix Nobel de la Paix l’a encouragé. Il a envoyé 30.000 soldats (dire plutôt hommes, sinon ça fait peur) supplémentaires en Afghanistan pour défendre la paix et la sécurité. Les républicains n’avaient pas osé combattre le Mal. Usés et discrédités (par qui au fait ?). Le planetarche a déclaré qu’il s’agissait « de l’intérêt national américain ». Et l’intérêt de l’Occident, Monsieur le président.

Soyons positifs, comme on dit aux cercles de la raison. « Je ne prends pas cette décision à la légère », a-t-il déclaré les larmes aux yeux. Soyons justes et pondérés. Obama n’a pas envoyé la bombe atomique comme à Hiroshima. Il aurait pu le faire. Il ne l’a pas fait. Un grand président pour la Paix. Il mérite son prix. Et l’OTAN le rempart de notre liberté. Contre les Arabes, les Nègres et les communistes.

En tous cas, la cérémonie était touchante. Le président a accepté le prix avec « gratitude et humilité », rappelant que « la guerre était parfois nécessaire pour combattre le mal ». Mais soyez fair-play, Monsieur le planetarche. Commencez la guerre en Iran ; votre successeur républicain « finira le travail » et aura le prix Nobel cette fois-ci. Ne soyez pas ingrat.

PS. Jean Daniel a trouvé l’Amérique triste. Monsieur le président, faites quelque chose. Sinon on partira tous chez Poutine, futur prix Nobel.

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article
7 décembre 2009 1 07 /12 /décembre /2009 18:43

Un maire qui vibre aux sons du clairon est catégorique à propos des étrangers : « il est temps qu’on réagisse parce qu’on va se faire bouffer … Il y en a déjà dix millions, dix millions que l’on paye à rien foutre ». Il suit à la lettre les consignes de N. Sarkozy. « Affirmez vos convictions, n’hésitez pas à cliver, les Français nous soutiennent. »

A quels étrangers fait-il allusion le petit Goebbels ? Aux Italiens, aux Portugais, aux Polonais, aux Grecs ? Non, ça c’était son père des années trente. Aujourd’hui, les Arabes, les Blacks. Il faut les expulser tous. Toute la banlieue francophone, toute la racaille. Dieu reconnaîtra les siens. Ils mangent le pain des Français. Et les allocs. Et tout.

Le mérite du socialiste Besson est d’être un grand détecteur de talents. C’est un producteur de cohérence nationale. Il a même réussi à « noyer » Kouchner, Glucksmann, Adler, théoriciens de la collaboration sarkozyste. Il a de l’avenir ce petit. Les socialistes sont les meilleurs pour ça.

* * *

Pétain également avait suscité des vocations. La France (pas la notre) l’a aimé profondément.

Maurice Bardèche (ENS, fasciste et antisémite) est le prototype d’une certaine identité française. De 1952 à 1982 autour de sa revue Défense de l’Occident, une certaine identité de la France s’élabore. La droite classique et les socialistes dissidents s’inspirent largement aujourd’hui. Les « nouveaux » philosophes ont pris le relais ensuite sur la même base modernisée (antibolchevisme, défense de l’Occident, …).

Il écrivait en 1984 : « Très bientôt, dans vingt ans, dans dix ans peut-être, la race blanche en Europe devra lutter pour sa survie. Cette bataille suprême exigera des régimes forts, des gouvernements de salut public. Elle ne pourra être conduite que dans le dépérissement des idéologies et par le recours aux qualités viriles que je disais. Il ne faut pas se demander aujourd’hui si ces régimes forts sont possibles, il faut savoir qu’ils sont inévitables : sous quelque nom qu’on leur donne. Car ils sont la condition de notre salut. »

* * *

J’ai toujours rêvé d’une grève générale des étrangers en France. Ceux qui balaient les rues, ceux qui construisent des bâtiments, ceux qui ramassent les ordures, …

Mais, … il faut des syndicats, il faut une organisation. Et surtout en finir avec la résignation. Ce sera pour demain.

* * *

Le racisme fait-il partie de l’identité nationale ?

 

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article
6 décembre 2009 7 06 /12 /décembre /2009 16:09

La citation de la Licra contre le dessinateur Siné pour « incitation à la haine raciale » a été annulée par la cour d’appel de Lyon. La Licra compte se pourvoir en cassation. Ils ne veulent pas lâcher Siné, 80 ans, violeur de CharlieHebdo.

* * *

J’ai cru comprendre que le calvaire du plus grand créateur vivant, 76 ans, était terminé. Mais non, mais non. Les journaux du régime ossifié de la classe supérieure scandent très haut (7e + 6e arrondissements + banlieue de robe réunis) la nouvelle affaire Dreyfus. Innocent ! « Au nom du droit ! » crie le nouveau Zola dans la NouvelleAurore. Un innocent en prison ! L'horreur ! Pire que la construction d'un minaret en Suisse.

Ils étaient tous là. « Dans la cellule de Roman Polanski» titre le magazine de l'homme moderne. La journaliste (probablement vieille et moche) a rendu visite à la prison de la Banque. « Livré par la Suisse ! “Donné” par cette terre de neutralité, ce pays de cocagne où ses yeux brillants de jeune homme avaient croisé, dans les stations huppées, cette jet-set internationale qui le faisait tant rêver ? : Elizabeth Taylor, Peter Sellars, Blake Edwards… »

L’horreur absolu du goulag stalinien. Le film traverse sa mémoire. « Le ghetto de Varsovie », « les barreaux de la Pologne communiste », en attendant « le pénitencier américain (d’un Obama cruel et complice). L’innocent persécuté depuis 32 ans, « blouson étriqué et vieille écharpe autour du cou » « travaille son dernier film avec son monteur », « il n’a pas très faim », « il regarde CNN et lit New York Times » (il parait qu’il est franco-polonais.)

« Pourquoi tant de mystère sur un lieu de détention à ce jour jamais divulgué ? Imaginait-on des manifestations de soutien, ou au contraire des hordes appelant au lynchage ? » Vous vous trompez chère madame. Ni les services secrets israéliens ni les hordes de la banlieue francophone. Tout simplement, pour éviter le débarquement de petites filles de 13 ans pour kidnapper l’homme « de taille 1,40 mètres ».

Manque de coordination de la bande mafieuse, l’auteur du viol racheté achète la liberté provisoire à la Banque alors que les plumitifs se lamentent sur sa détention. Trois millions d’euros, un bracelet électronique (non vendu à la place Vendôme) et assignation dans un chalet privé d’une station de Ski. Une actrice loue le soutien de Nicolas Sarkozy : « Il a été super. Et il l’a beaucoup soutenu. Le président a été très efficace. » M. Jack Lang, collaborateur du président, a déclaré que la justice avait pris une décision « sage et heureuse ». M. Kouchner a salué le fait que le réalisateur puisse « retrouver les siens ». Un pèlerinage sera organisé à Gstaad par Finkielkraut et BHL.

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article
5 décembre 2009 6 05 /12 /décembre /2009 10:20

D'après le Point, le magazine de la sarko-rocardie, M. Strauss-Kahn a rencontré de façon impromptue M. Sarkozy aux toilettes du G20 à Pittsburgh, le 25 septembre et lui a proféré cet avertissement : « J'en ai plus qu'assez des ragots répétés sur ma vie privée et sur les prétendus dossiers et photos qui pourraient sortir contre moi. Je sais que tout ça part de l'Elysée. Alors, dis à tes gars d'arrêter ou sinon je saisirai la justice. » M. Sarkozy s'est défendu en protestant de sa bonne foi.

Explication franche entre hommes. Des vrais. Top niveau. Entre DSK et Sarkozy j'hésite encore. Quel est le meilleur programme ? Les toilettes n'ont pas encore dit leur dernier mot. On doit prendre en compte cet élément important. Maurice Bardèche (ENS, fasciste), le prophète méconnu de la classe supérieure, répétait que la lutte pour la survie de la race blanche passe par l'effacement des idéologies, gouvernement de salut public et par le recours aux qualités viriles.

Le meilleur, le plus performant, le plus (con)sensuel, depuis que la femme s'est libérée (et les éphèbes aussi), est ainsi à prendre en compte. Je voterai pour le violeur d'une petite fille de 13 ans s'il arrive à ne pas se faire condamner.

Et si la femme un jour réclamait sa dignité ?

 

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article
4 décembre 2009 5 04 /12 /décembre /2009 17:01

Capri, c'est fini ! chantait  Hervé Vilard. Ségolène c'est fini, chante le richissime ami des arts et des bêtes  Pierre Bergé. « Aujourd'hui, un homme nouveau est apparu et il s'appelle Vincent Peillon. Cet homme-là tient un discours qui est le mien. Un discours auquel je crois depuis longtemps. Parce que je ne crois plus à cette segmentation et à ce mur de Berlin entre la droite et la gauche. » Pierre Bergé juge que « ce qu'il fallait faire », c'est la démarche de Vincent Peillon « de s'allier avec Bayrou, avant l'élection ».

Il ne reste plus que le sponsor BHL. Ce dernier n'a pas dit son dernier mot. Dominique à l'Elysée, Marie-Ségolène à Matignon et BHL le prix Nobel. De quoi ? Peu importe ... Obama a eu celui de la Paix !

Pendant ce temps-là la misère du peuple s'oublie au son suave du clocher et la voix lancinante du minaret.

 

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article
3 décembre 2009 4 03 /12 /décembre /2009 17:40

Les Helvètes, au milieu de la non Europe, nous étonnent avec leur comportement bizarre.

Ils ne veulent pas des minarets chez eux, étant les derniers gaullistes sur terre. Ils ne veulent pas que la hauteur du signe ostentatoire dépasse la hauteur d'une banque. Ils ont raison.

Ils ne veulent pas arrêter l'exportation des armes, comme l'immense majorité des pays chrétiens. Les armes contribuent à l'équilibre du monde et au bonheur de ceux qui les construisent.  Ils ont raison.

Ils refusent de relever le secret bancaire de l'argent dignement gagné par les créateurs de talent qui ont sauvé la planète.  Ils ont raison.

Ils ont libéré Polanski, le plus grand réalisateur vivant, pour quelques millions de dollars seulement. Ils ont tort. L'argent n'a plus de valeur.

Ils ne veulent pas rentrer dans l'Europe, car on les fera voter deux fois si le résultat n'est pas celui qui a été prévu par la classe supérieure.  Ils ont tort d'avoir raison.

M. Kouchner n'a plus de force pour intervenir en Suisse. Malgré les frappes chirurgicales, l'OTAN risque de bombarder des coffres-forts. Catastrophe humanitaire garantie. Il préfère s'occuper de l'Iran qui autorise les synagogues.

* * *

Quelqu'un a-t-il des nouvelles de Godard ? Est-il invité au chalet de Gstaad ? A-t-il voté ?

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article