Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Je cherche un homme
  • Je cherche un homme
  • : A la manière de Diogène, philosophe cynique, regards sur la politique, l'université, la société.
  • Contact


Paris

Recherche

.

Archives

1 mai 2010 6 01 /05 /mai /2010 22:33

Le club Bilderberg s’est réuni du 14 au 17 Mai 2009 en Grèce dans un hôtel paradisiaque, évacué de tout autre client. Cette réunion privée était protégée par des patrouilleurs des garde-cotes, des plongeurs, 2 avions F16 et un hélicoptère de la police. Des dizaines de policiers assuraient la tranquillité des travaux secrets de ce club, loin de journalistes. Parmi tout ce « beau monde » figuraient :

Etats-Unis

Timothy Geithner, secrétaire au trésor,

Henry M. Paulsman, secrétaire au trésor précédent,

Henri Kissinger, ancien secrétaire d’état,

Robert Kagan, conseiller d'Obama pour la politique de sécurité, le terrorisme et les Balkans,

Richard Perle, conseiller à la sécurité de G. W. Bush, l'un des concepteurs de la guerre en Irak,

Paul Wolfowitz, ex président de la Banque mondiale, conseiller de Bush, ex-vice-ministre de la défense principal responsable de la guerre en Irak.

Allemagne

Jo Ackermann, président de la Deutsche Bank,

Eckart von Klaeden, porte-parole de la CDU, parti d'Angela Merkel,

Peter Löscher, président de Siemens.

La Banque et FMI

Robert Zoellick, président de la Banque Mondiale,

Jean-Claude Trichet, président de la Banque Centrale Européenne,

Tommaso Padoa-Schioppa, ex-membre du directoire de la BCE, président du comité directeur du FMI.

Union européenne

Olli Rehn, commissaire européenne chargée de l'élargissement,

Loukas Tsoukalis, conseiller spécial du président de la Commission Européenne, José Manuel Barroso.

France

Christine Lagarde, ministre de l'économie, de l'industrie et du travail,

Xavier Bertrand, secrétaire général de l'UMP,

Frederic Oudea, président de la Société Générale,

Henri de Castries, président d'AXA,

Thomas Enders, co-président d'EADS, président d'Airbus

Grèce

Georgios Alogoskoufis (droite), ministre de l’Economie et des Finances de mars 2004 à janvier 2009,

Yannis Papathanasiou (droite), ministre de l’Economie et des Finances, de janvier 2009 à octobre 2009,

Dora Bakoyannis (droite), ministre des Affaires Etrangères (février 2006 à octobre 2009),

Anna Diamantopoulou (PS), ex commissaire européenne et actuelle ministre de l’Education (Mai 2010),

Takis Arapoglou, président de la banque centrale de Grèce,

Odysseas Kyriakopoulos, président du patronat grec,

George David, président de Coca-Cola Grèce,

Dimitri Papalexopoulos, président de Titan Cement Company.

La presse  « independante »

Paul Gigot, l’éditeur en chef du Wall Street Journal,

Fareed Zakaria, Newsweek, ABC News, New York Times, Wall Street Journal, New Yorker, CNN,

Denis Olivennes, directeur de l'hebdomadaire Nouvel Observateur (gauche libérale),

Nicolas Baverez, éditorialiste de l'hebdomadaire Le Point (propriété du Groupe Pinault),

Alexandre Bompard, PDG de Europe 1  (propriété du Groupe Lagardère).

 

Le lecteur attentif aura remarqué que tous les acteurs (grecs, français, allemands, américains, UE) de la tragédie grecque actuelle étaient présents à cette réunion. Il suffit de lire les journaux des « journalistes »  qui ont participé à la réunion pour comprendre le « grand coup »  contre le peuple grec.

C'est une question de dignité nationale de demander des explications à l'actuelle ministre de l’Education Anna Diamantopoulou (PS), présente à la réunion secrète, et d'exiger sa démission. Ce sont les Grecs qui nous ont appris l'ostracisme.

 

La prochaine réunion du Groupe Bilderberg aura lieu en Espagne ! Bon courage camarades espagnols.

 

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 18:58

[La déclaration de Theodorakis n’a pas été reproduite par la Presse grecque que peu et partiellement. Si comme tous les commentateurs en Grèce soulignent les aspects économiques de la tragédie grecque, Theodorakis les lie à la politique expansionniste des Etats-Unis (Dictature des colonels, partition de Chypre, Skopie, Kosovo-UCK, provocations continues des militaires turcs, …). Dans tous les cas, les Américains sont derrière les mauvais coups. Le dossier grec a été géré par Obama-Merkel-Sarkozy comme tout le monde a vu. L’ampleur des mesures prises par le gouvernement socialiste (soutenu par la droite et l’extrême droite) dépasse même les prévisions de l’Ecole Hayek. Les Grecs commencent à comparer l’austérité socialiste à l’austérité pendant l’occupation allemande. Theodorakis, haï par la gauche parce qu’il est devenu ministre de la droite, est assez lucide sur la question nationale.]

 * * *

Avec le sens commun dont je dispose, je ne peux pas expliquer et encore moins justifier la vitesse à laquelle notre pays a dégringolé à partir de 2009, au point d’en arriver au FMI, perdant ainsi une partie de sa souveraineté nationale et passant à un régime de tutelle.

Et il est curieux que personne jusqu’à présent ne s’est occupé du plus simple, c’est-à-dire de notre parcours économique avec chiffres et documents, de manière à ce que, nous ignorants, comprenions les causes réelles de cette évolution vertigineuse et sans précédent, qui a comme résultat la perte de notre identité nationale accompagnée de l’humiliation internationale.

J’entends parler d’une dette de 360 milliards, alors qu’en même temps je vois les mêmes dettes, voire de plus grandes, dans de nombreux autres pays. Par conséquent, celle-là ne peut pas être la cause essentielle du malheur. Ce qui me pose problème également c’est l’exagération des coups internationaux dont notre pays est la cible, d’une telle coordination quasi-parfaite contre un pays d’une économie insignifiante, ce qui finit par être suspect. Ainsi suis-je conduit à la conclusion que quelques uns nous ont culpabilisé et nous ont fait peur, de manière à nous conduire au FMI, qui constitue un facteur essentiel dans la politique expansionniste des Etats-Unis et tout le reste concernant la solidarité européenne est de la poudre aux yeux, pour cacher qu’il s’agit d’une initiative purement américaine, pour nous jeter dans une crise économique artificielle, de manière à ce que notre peuple ait peur, qu’il s’apprivoise, qu’il perde des conquêtes précieuses et enfin qu’il se mette à genoux, une fois acceptée la domination étrangère. Mais pourquoi ? Pour servir quels plans et quels objectifs ?

Bien que j’aie été et reste partisan de l’amitié gréco-turque, néanmoins je dois dire que je crains ce renforcement soudain des relations gouvernementales, et les contacts précipités entre ministres et autres acteurs, les déplacements récents à Chypre et la prochaine visite d’Erdogan. Je soupçonne que derrière tout ça se cache la politique américaine avec ses projets suspects, qui concernent notre espace géographique, l’existence de gisements sous-marins, le régime de Chypre, la mer Egée, nos voisins du nord et l’attitude arrogante de la Turquie, le seul obstacle étant la méfiance et l’opposition du peuple grec.

Tous, autour de nous, peu ou prou, sont attachés au char des Etats-Unis. La seule différence c’est nous, qui depuis la dictature de la Junte et la perte de 40% de Chypre jusqu’aux embrassantes avec Skopje (Ancienne République Yougoslave de Macédoine) et les ultranationalistes Albanais, nous recevons des coups sans prendre conscience.

Il faudrait ainsi que nous soyons éliminés en tant que peuple et c’est ce qui arrive exactement aujourd’hui. J’appelle les économistes, les politiciens, les analystes, à me démentir. Je crois qu’il n’existe pas d’autre explication logique en dépit du complot international, auquel ont participé les européens pro-américains du type Merkel, la Banque Européenne, la presse réactionnaire internationale, tous ensemble ont participé au « grand coup » de la dévalorisation d’un peuple libre à un peuple soumis. Tout au moins, je ne peux donner aucune autre explication. Je reconnais que je n’ai pas de connaissances spécifiques mais ce que je dis, je le dis avec mon sens commun. Peut-être beaucoup d’autres pensent comme moi et nous le verrons peut-être les jours à venir.

En tout cas, je voudrais préparer l’opinion publique et souligner que si mon analyse est juste, alors la crise économique (laquelle, comme je le dis, nous a été imposée) n’est que le premier verre amer d’un repas de Lucullus qui suivra et que cette fois-ci viendront aussi des questions nationales cruciales, dont je ne veux pas imaginer où elles nous conduiront.

Je souhaite avoir tort.

Mikis Theodorakis

Athènes, le mardi 27 avril 2010

(traduction de Dimitri)

 

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 16:59

Réponse à un lecteur qui a souhaité dialoguer avec moi. Mes réponses sont celles d’un citoyen quelconque qui s’intéresse et participe à la vie publique. Le texte de mon interlocutaire figure en entier dans les commentaires.

* * *

Cependant, bien que les élites fassent ce travail de sape, que nous regrettons tous, j’aimerais entendre votre point de vue sur les dérapages (et le terme est gentil) dont la communauté ‘victime’ selon votre discours, est souvent la source.

Il s’agit d’une grande partie de la population française meurtrie par la colonisation et le chômage. Ils sont souvent victimes de discrimination. En 1940 De Gaulle était condamné à mort pour trahison et terrorisme. La question est de savoir quelle France on veut. D’où le combat politique. Une France islamique ? Au nom de dieu (moi l’agnostique), je vous dis NON, ABSOLUMENT NON. Une république chrétienne ? Bien-sur que non.

 

En d’autres termes, quel est votre point de vue lorsque j’entends des “Chances pour la France” expliquer le plus simplement possible que leur projet est d’islamiser la France, d’y appliquer la charia, car nous serions décadent.

Il y en a d’autres qui ont américanisé la France et des Français sont contents pour cela. L’universalité des Lumières, dont les Français doivent être fiers, est incompatible avec toute forme de justice religieuse. Ceux qui ne défendent pas la laïcité sont complices. Il existe 18% d’écoles religieuses (chrétiennes) en France payées par le contribuable français “par le poids de la tradition” réactionnaire. Ecole privée, fonds privés.

 

Quel est votre sentiment de français, lorsque le drapeau français est brulé, lorsque l’hymne national est sifflé, lorsque la police municipale se met en grève comme à Grenoble en refusant d’aller dans certains quartiers trop dangereux pour ces uniformes.

Voir mon billet Ils ont sifflé la Marseillaise du 16 octobre 2008 aux archives.

 

Les juifs n’ont jamais été autant prosélytes.

Les trois religions monothéistes sont prosélytes. C’est inscrit dans leurs textes fondamentaux.

 

Les communistes français n’ont jamais été que des communistes de salon.

Je suis d’accord mais je conteste le mot ‘jamais’. Vous rendez implicitement hommage aux communistes qui ne sont pas de salon. En particulier, ceux qui nous ont rendu l’honneur d’être français.

 

Là c’est différent, il y a une volonté même plus cachée, et entièrement assumée de colonisation et d’occupation. Avec le temps passant, une aggravation des incidents.

Il y aura de plus en plus d’incidents tant que Sarlozy gouverne avec sa presse aux ordres. Il faut d’abord qu’on nettoie au karcher la classe supérieure qui nous divise sur les notions mortes ou périmées comme la religion. Je trouve que la menace la plus grave en Europe est le Pape (ex membre des jeunesses hitlériennes) que les islamo-fascistes (lesquels n’arrivent pas à la chevilles de l’OPUS DEI ; voir également ces jours-ci à Bordeaux, l’affaire Dies Irae).

 

Vous allez sûrement me rétorquer que cela concerne qu’une minorité. Certes ! Que la grande majorité est modérée… Mon avis est que : qui ne dit rien consent.

Hélas, le problème est plus grave car cette minorité est importante. L’exclusion, la ségrégation, le chômage, l’Ecole des Jésuites qui a abandonné toute référence aux Lumières sont les causes d’une situation explosive. Au bout du compte la religion ne joue qu’un rôle mineur. Ca s’appelle lutte des classes. On ne peut pas la supprimer par décret.

 

Et que pensez-vous du traitement différentiel selon le coté que l’on se pose :

- Si un père blanc refuse que sa fille se marie avec un maghrébin on appelle cela du racisme

- Si un père maghrébin refuse que sa fille se marie avec un blanc on appelle cela “le poids de la tradition”

Pourquoi n’est-ce pas du racisme dans les deux cas, ou le poids de la tradition dans les deux cas ?

Dans les deux cas, il existe un racisme de fond. Dans les deux cas “le poids de la tradition” peut jouer également.

Dans le film de Stanley Kramer, Devine qui vient dîner ? (1967), une jeune fille blanche présente son fiancé noir à ses parents. Ce dernier est un brillant docteur. Ce film a contribué à ce que, 40 ans plus tard, Obama soit élu président (sans sous-estimer la lutte des Noirs pour leurs droits fondamentaux).

Présentons la situation autrement.

Le père blanc refuse-t-il que sa fille blanche se marie avec un maghrébin beau et riche qui possède une demeure somptueuse à douze valets maghrébins à Marrakech ? Si c’est le cas, il s’agit d’un con plutôt que d’un raciste.

Le père maghrébin refuse-t-il que sa fille maghrébine se marie avec un blanc beau et riche qui possède une demeure somptueuse à cinq valets Sri-lankais au parc des Sceaux ? Si c’est le cas, il s’agit d’un con plutôt que d’un raciste.

Dans les deux cas, la lutte des classes.

 

Il y a différents racismes que l’on peut ordonner ? Quelle est la définition de “distance” topologique qui permet d’ordonner les racismes ?

C’est là le fond du problème.

Il n’y a pas d’ordre dans le racisme. On peut classifier pour mieux le comprendre mais il n’y a pas d’hiérarchie. Le racisme anti-français, anti-arabe, anti-juif etc. sont les mêmes, véhiculés par les mêmes. Par exemple, en Grèce vous remplacez “Arabe” par “Albanais” et vous avez la même situation.

 

J’avais cru comprendre qu’être français c’était adhérer au pacte républicain. Devenir un citoyen, quitter un certain nombre de valeurs de principes, étrangers à la France, pour adopter ceux de la France. Participer activement à la vie de la Cité de manière citoyenne. L’apprentissage et l’usage d’une langue commune, l’adhésion à une culture. A Rome fait comme les romains.

Voir mon billet La France que nous aimons du 27 décembre 2007.

Avons-nous appliqué tous ces principes en Indochine ? En Algérie ? En Kanakie ?

Les hauts cadres en France (tous blancs) dans nos grandes entreprises modèles parlent en anglais aux réunions. Ils ne font pas comme à Rome.

 

Ce que je constate c’est tout le contraire: la destruction d’une langue, d’une culture, par mercantilisme, médiocrité, et fausse bien pensante.

PUB ! (Je m’excuse). Heureusement, il y a en France des étrangers comme moi (eh oui) pour écrire la belle langue française et promouvoir Les Lumières abandonnées par des Français (cette minorité qui gouverne). Je me considère enfant de Voltaire (bâtard peut-être). Soyons optimistes.

 

Arrêtons de tergiverser. En quoi un livre écrit par un pédophile antisémite a de quoi concurrencer le code civil ?

Le code civil français date de Bonaparte. Il a été modifié maintes fois (laïcité reconnue, mariage civil, la femme est reconnue comme majeure, liberté du travail, …). Toute modification doit être entreprise dans le cadre laïc inspirée par les Lumières françaises et l’universalité des droits de l’Homme. La religion est respectable dans un cadre privé et uniquement privé.

 

Factuelement en dehors des émirats arabes qui profitent des revenus du pétrole, en quoi les états musulmans sont des modèles de démocratie éclairée universaliste ?

La démocratie n’a aucun rapport avec les revenus du pétrole. ‘Démocrate’ était une insulte de l’aristocratie contre ceux qui défendaient les intérêts du peuple, à Athènes au 6e siècle avant notre ère. Démocratie signifie égalité réelle et non formelle de tous les citoyens sans exception. La France était un Etat chrétien. Elle n’est plus. Les pays musulmans seront un jour laïcs (mon souhait et ma conviction) par la lutte de leurs citoyens. Aucun pays musulman n’est (pour moi) modèle de démocratie (éclairée ou non). Aucune religion n’est modèle de gouvernement. Besson, Hortefeux, Sarkozy, … sont-ils par hasard musulmans ?

 

En quoi un individu pour l’instauration d’une dictature religieuse, prônant la haine de l’état dans lequel il habite, dont il profite avidement des aides pour ses 12 enfants et ses 4 maîtresses a-t-il de comparable avec moi, un français de souche (ou souchien dans la novlangue), élevé dans la culture d’universalisme, d’égalité, de fraternité d’un pays qu’il aime ?

12 enfants (12 apôtres) était l’objectif des familles chrétiennes. Nous avons heureusement changé. Jouant au jésuitisme chrétien teinté de cynisme, j’ai proposé deux maîtresses comme Mitterrand. Plus sérieusement, la vie privée de tout citoyen doit être respectée à condition que le contribuable ne paye pas les maîtresses ou les amants comme dans le cas de Mitterrand. Et ça va de soi pour les 4 maîtresses du musulman, du juif ou du chrétien.

Souchien. Notre philosophe de la télé Finkielkraut s’est fait avoir par ce mot nouveau inventé par les Indigènes de la République (mouvement que j’approuve qu’à moitié). Il avait compris sous-chien ! Tu constateras que la “racaille” enrichie notre langue de plus en plus. Ceci montre qu’ils (dans ‘ils’ je m’y trouve) sont aussi français que les souchiens.

 

Combien sont-ils prêt à se battre pour la France, en cas de conflit armé contre leur pays d’origine ? (la réponse est simple, pas beaucoup)

En 1940, il y avait 40 millions de pétainistes (thèse de l’historien de droite Amouroux). Mise à part De Gaulle (condamné à mort par les souchiens), ce sont les communistes (guidés par l’étranger !), des juifs étrangers, des arabes (front d’Alsace) et d’autres non “souchiens” qui ont contribué à la Libération (ils exprimaient le sentiment profond du peuple français pour son indépendance et sa dignité). Actuellement, c’est la Légion étrangère (tous étrangers !) qui maintient l’ordre dans les colonies et en Afrique ! En cas de conflit armé ? Mais nous y sommes. En Afghanistan, on accepte des volontaires pour se battre pour défendre la France et l’Occident !

 

Donc effectivement on peut passer beaucoup de temps à décrier les méthodes grossières et éculées du monde politique et journalistique (s’ils y étaient créatifs cela se saurait). Mais au fond, on évite le problème. Et par la même on fait oeuvre de collaboration avec l’entreprise réelle de colonisation.

Vous me reprochez de sous-estimer le danger de l’Islam. Chacun a ses priorités. On a mis deux mille ans pour se débarrasser du christianisme (et ce n’est pas encore fini). Nous avons une grande expérience pour combattre les religions et les sectes (la religion de l’Islam en particulier). Mais le vers est dans le fruit. Les hommes politiques subventionnent sous différentes formes les religions (dans l’ordre : chrétiens, juifs, musulmans) avec NOTRE ARGENT. Prenez l’engagement de ne pas voter pour quelqu’un qui donne de l’argent aux religions (Mme Aubry à Lille, M. Strauss-Kahn à Sarcelles ; quand aux hommes politiques de droite il faudra le bottin …)

La devise de la république laïque “liberté, égalité, fraternité” ainsi que l’universalité de la démocratie athénienne doit être le guide (en tous cas le mien).

La tragédie grecque risque d’arriver en France. Soyons unis sur l’essentiel.

 

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article
28 avril 2010 3 28 /04 /avril /2010 19:18

Les nouveaux gouverneurs du FMI (envoyés par DSK et installés à l’hôtel le plus prestigieux d’Athènes) ont pris place dans chaque ministère et réclament :

- La réduction drastique des salaires public et privé pendant plusieurs années ;

- Réduction des retraites, augmentation de cotisations, allongement de l'âge de la retraite ;

- Suppression des conventions collectives, flexibilité par les stages ;

- Licenciement de 250.000 fonctionnaires (éducation, hôpitaux, police, …) et suppression de leur statut.

Le laboratoire FMI (instrument de l’impérialisme américain) opère désormais en Union Européenne. Les recettes Hayek en purge accélérée afin d’effacer les acquis d’un peuple depuis la Libération. Après la dictature des colonels (1967-74) la dictature du FMI-UE.

Les patrons (l’Union grecque des industriels) ne cachent pas leur satisfaction. La Droite classique fait profil bas (elle dénonce le FMI !). L’extrême droite soutient le gouvernement socialiste (car la cause est nationale !). La social-démocratie (PASOK, centristes, écologistes) a déserté la place publique (entre le « pragmatisme » et la résignation ils se cachent). Le parti communiste (KKE, 7-8% aux élections) et les Radicaux (SYN, 4-5%) sont les seuls ouvertement contre les mesures du gouvernement socialiste et du FMI.

Le peuple demande des explications aux deux partis de gouvernement qui se succèdent depuis la chute de la dictature en 1974 : le PASOK (PS) et la Nouvelle Démocratie (Droite classique, Chiraco-giscardienne). Les citoyens dans la presse, la télévision, Internet réclament que des « têtes tombent ». Les plus modérés, résignés, sont prêts à avaler la pilule à condition qu’on emprisonne les responsables du désastre. Or, la « démocratie » grecque est une des plus avancée en Europe ! Les crimes des ministres sont effacés entre trois sessions parlementaires consécutives (loi utilisée par la Droite pour arrêter toute procédure d’inculpation lors du dernier scandale de corruption) ou 5 ans après les faits. Une sorte d’amnistie est votée à la manière du gaulois socialiste M. Rocard !

« J’appelle à la lutte pour la libération de la Grèce du tuteur FMI »

Cette phrase est de qui ? Du PC ? De l’extrême gauche ? Du mouvement anarchiste ? Détrompez-vous, mes chers lecteurs. Il s’agit du premier ministre socialiste G. Papandreou, président de l’internationale socialiste, qui veut libérer la Grèce de l’esclavage du FMI, c’est-à-dire du socialiste Strauss-Kahn et du Démocrate Obama ! La manipulation est monstrueuse, mais elle marche pour l’instant.

Les voyous de la finance internationale (la racaille comme disait Sarkozy pour les nôtres) et leur personnel politique, sous le nom de socialistes, attaquent maintenant les peuples. Ce travail était la spécialité de la Droite. Désormais ce sont les « socialistes » qui sont appelés à jouer ce rôle. On notera que de directeur de la dette grecque, est un ex-cadre de Goldman Sachs, socialiste « doué » ! Les élites grecques ont fait les meilleures universités en France, Allemagne, Angleterre et Etats-Unis. Ils connaissent bien leur métier.

Les spéculateurs ont un nom. Ce n’est pas Ben Laden. Ni les islamistes. Ils portent la burqa, mais pas la même. Qui sont-ils ? Une grosse partie de la dette grecque est due aux banques françaises (BNP-Paribas et Société Générale, 51 milliards en obligations, plus le reste). Pourquoi ne pas dire la vérité aux Français, surtout lorsqu’elle est agréable ? Mme Lagarde a admis avant hier que la part du butin de la dette grecque qui revient à l’Etat français est de 130 millions d’euros. Le journal Les Echos réclame déjà l’augmentation du taux d’intérêt du livret A, compte tenu de l’enrichissement de nos banques. Le peuple français doit demander des comptes à ses dirigeants.

Ceux qui se préparent à accueillir DSK comme président en 2012 devront suivre le déroulement des événements en Grèce avec attention particulière et esprit critique. La Droite grecque s'est avérée incapable de compléter les reformes libérales. Le PS grec est appelé à finir le travail. De même, en France, malgré la collaboration des socialistes, la droite peine à achever ses reformes. Les socialistes finiront le travail. DSK sait ce qu'il fait en Grèce.

[Question de dignité nationale, lors de l’arrivée de DSK à Athènes, aucune femme grecque ne doit participer à la délégation d’accueil. Néanmoins, Mme Diamantopoulou, ministre de l’Education, sera sans doute présente en tant que co-membre du groupe Bilderberg.]

 

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article
26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 16:36

«Le Pen pose des vraies questions» (L. Fabius, 1984)

«La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde » (M. Rocard, 1989)

Brice Hortefeux, ministre de talent qui honore l'Auvergne, a écrit à son collègue de l’Immigration Eric Besson, socialiste, « pour lui demander d’étudier l’éventuelle déchéance de la nationalité française du conjoint de la femme verbalisée en niqab au volant, pour polygamie et fraude aux aides sociales ».

M. Lefebvre, le prototype de l'intelligence française, avec son admirable sagesse répond « non » à la question « un islamiste radical, polygame, vivant avec quatre femmes et ayant 12 enfants peut-il conserver la nationalité française » ?

Monseigneur Lefebvre a raison. Il faut se séparer des islamistes en bloc et ne pas garder les petits. Et la messe en latin. Mais soyons un peu raisonnables.

Il faut limiter la polygynie à deux femmes, comme le cas de l'ancien président de la république. Le cas de Napoléon III est trop extrême pour être retenu. Pour ceux du corps français traditionnel on ignorera les concubines notoires et les maîtresses domiciliées. On fera également attention à différentier un émir d'un Arabe (jurisprudence Coluche). Afin de respecter la parité, la polyandrie doit être limitée à deux hommes. Grâce à Mme Carla Bruni les moeurs ont évolué en France : « Je suis monogame de temps en temps mais je préfère la polygamie et la polyandrie » a-t-elle déclaré dans le Figaro Madame du 15 février 2007, journal de référence que je ne soupçonne pas à la solde des bolcheviques.

Il ne faut pas tout de même, comme le font les mécréants, jeter le voile de Sainte Marie avec le torchon islamique. Les voiles et les burqa d'art (style Hermès, Chanel, ...) devront être autorisés, étant les signes ostentatoires de l'élégance française à travers le monde. Le voile de MAM lors de sa visite au pape était exquis.

Il y a trop de naturalisations qui altèrent la race gauloise. Trop de familles nombreuses d'ascendance étrangère habitent notre beau pays et bénéficient de nos allocations. Je ne suis pas xénophobe, ma chère Angèle, ai-je besoin de vous le dire ? J'ai des amis que j'aime, et qui sont étrangers : les uns habitent leur pays, d'autres habitent la France, et je n'y vois nul inconvénient, tout au contraire. C'est justement parce que je ne suis pas xénophobe que je ne crois pas obligatoire pour un étranger d'arborer le titre de citoyen français, qui, pour être encore relativement honorable, n'est tout de même pas strictement nécessaire à la bonne réputation d'un homme.

En plus, élément de confusion, les naturalisés changent de nom. Je pense à cette loi, qui s'appelle, je crois, la loi Milan, d'après laquelle les étrangers naturalisés devront prendre des noms à consonance française. Je sais que, jadis, les chroniqueurs, parlant de M. de Buckingham, l'appelaient volontiers M. de Bouquincamp, ce qui est délicieux. Mais nul ne s'y trompait. Je vois un peu plus d'inconvénient, lorsque MM. Blum, Rosenfeld, Jung et Tovaritch se seront fait naturaliser Français, à les entendre appeler Lafleur, Champderoses, Lejeune et Compagnon, car je ne saurai pas alors qu'ils sont Français de fraîche date.

Et puis, j'ai quelque chose à vous dire, Monsieur le commissaire. Jean Zay, jetant le masque, dans ce carnaval sanglant, se dévoile, comme l’éternel errant, un international, au plus mauvais sens du mot ; il ne peut plus prétendre au titre de Français. Pour mieux vous duper il s’est déguisé en protestant ; et il se dit laïque et grand mangeur de curés. J'espère, monsieur le ministre, être utile pour mon pays ; j’ai noté en passant que la prime est defiscalisée.

Monsieur le ministre de la république, il faut légiférer maintenant, c'est urgent. La situation ne peut plus durer. On ne pourra plus les retenir à Poitiers. Quant aux islamistes radicaux il en faudra garder un, c'est quand il y a beaucoup qu'il y a problème.

[Les lecteurs avertis ont reconnu le style et l'écriture de notre talentueux Robert Brasillach, collabo de premier plan, fusillé par les gaullistes et les communistes le 6 février 1945. J'ai repris un fragment de son article du 21 novembre 1936 contre les Juifs à Je suis Partout. Ce normalien (doué comme on dit à l'université) avait comme rôle, entre autres, l'éducation de la province, par ses lettres à Angèle, provinciale imaginaire. Les attaques immondes contre Jean Zay, figure exceptionnelle de l'Histoire de France, sont tirées du Journal du Loiret du 26 avril 1932 et 16 février 1934.

L'Histoire se répète deux fois, disait Charles Marxe. La première sous forme de tragédie. La deuxième sous forme de farce.

Les intellectuels universitaires (pas tous) sont silencieux aujourd'hui. Ca été presque toujours le cas. La conjecture de Marc Bloch sur la trahison des élites est toujours pertinente.]

 

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article
17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 19:57

Le journal libéral du groupe Lagardère, Le Monde, dont les journalistes de la section Economie sont des experts diplômés, nous avait prévenus déjà le 12 décembre 2009 : « En théorie, le traité de Maastricht interdit toute forme d’assistance à un Etat de la zone euro en situation de banqueroute. Dans la pratique, on voit mal comment les pays d’Europe du Nord et la Banque centrale européenne pourraient laisser tomber un pays défaillant, sous peine de provoquer une grave crise de défiance vis-à-vis de l’euro. Reste à savoir comment les contribuables allemands, néerlandais ou français réagiront quand leurs impôts augmenteront pour sauver Grecs ou Portugais. »

Résumons. D’après Le Monde les contribuables français paieront pour la mauvaise gestion des Grecs !

Le journal Marianne, tendance Centriste de l'opposition, sous le titre Livret A : comment nous finançons la spéculation contre la Grèce conclut :

« .../... Et d’ailleurs, pourquoi ne pas profiter de l’énorme opportunité offerte par la crise grecque qui a fait exploser les taux d’intérêt que cette nation doit payer à ses créanciers ? Du bon papier libellé en euros qui plus est ! La Grèce est en effet un terrain de chasse bien connu des banques françaises. Elles sont parmi les premières prêteuses à cet Etat. Aussi, quand la Grèce a hier placé prés de 1,5 milliards d’euros à six mois et un an (des maturités proches de celles qui servent de référence pour les Livrets), elles devaient être parmi les plus en pointe pour en acheter. Il faut dire que les taux proposés étaient attractifs : 4,55% pour le prêt à six mois, et 4,85% pour celui à un an. Pas étonnant dans ses conditions que la demande pour acheter cette dette fut 7 fois plus importe l’offre : quand la Grèce en demandait 1,5, il lui en a été proposé 10.

Parfaitement logique : un taux presque 5% pour de la dette en euro, émise par un Etat, dont le risque de faillite est nul, qui ferait la fine bouche ? En somme, les épargnants français sont des malgré nous de la spéculation sans le savoir, ils financent, via les banques, la spéculation sur le marché monétaire.»

Résumons. Les Banques françaises en profitent en spéculant contre la Grèce.

* * *

D'après les informations de la grande presse le journal Le monde se trouvera l'été prochain en cessation de paiements, à cause (?) de sa mauvaise gestion. Le contribuable français sera-t-il appelé à financer le déficit du Monde ? Le contribuable grec, par les superprofits dégagés par la spéculation contre la Grèce par les banques françaises financera sans doute le déficit du Monde.

 

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 22:50

Le cardinal Tarcisio Bertone, le numéro 2 du Vatican, est un homme très cultivé (docteur en théologie) et très bien informé (par OPUS DEI) : « De nombreux psychiatres et psychologues ont démontré qu’il n’existe pas de relation entre le célibat et la pédophilie, mais beaucoup d’autres ont démontré qu’il existait un lien entre l’homosexualité et la pédophilie ».

Y a-t-il quelqu’un de normalement constitué au Vatican ? La France laïque n’a pas réagi à ces déclarations scandaleuses. Concernant la déclaration du cardinal, la seule chose de démontrée est le lien entre les prêtres et la pédophilie en France et dans les cinq continents depuis longtemps et à répétition. Suivant le principe de précaution appliqué en France on devrait interdire aux enfants de fréquenter l’église catholique. Aucun prêtre ne doit se retrouver dans la chambre d’un enfant, seul avec lui.

La coupe est pleine. Doit-on accepter encore aujourd’hui en Europe un Etat parasite sans peuple régit par le concordat de Mussolini ? Doit-on publier les déclarations des illuminés (communiqués du Vatican) dans un pays laïc ? Nous en avons assez de 2000 ans d’obscurantisme.

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article
11 avril 2010 7 11 /04 /avril /2010 17:51

Le président polonais, Lech Kaczynski, meurt dans un accident d’avion. Lech Walesa, ex-chef du syndicat polonais Solidarité, et ex-président polonais, évoque ses sponsors : « Jésus, Sainte Marie, c’est une tragédie inimaginable, un malheur inimaginable. Il y a 70 ans à Katyn, les Soviétiques ont éliminé les élites polonaises. Aujourd’hui l’élite polonaise y a péri, alors qu’elle se rendait pour rendre hommage aux Polonais tués ». Le représentant du Pape en Pologne dit vrai. La justice divine est cruelle, sans doute.

Lech Kaczynski, après trente ans d’engagement contre le communisme, croisé du christianisme, cheval de Troie des américains, de la droite infréquentable, il a fait partie de l’entourage de Lech Valesa avant d’être lui-même élu président en 2005.

« Toute la ville de Varsovie s’est transformé en église ».

Dieu ne protège plus ses agents.

* * *

On se rappelle le programme de Solidarité :

«THESE 5. La lutte contre la crise et la reforme économique doivent être réalisées sous le contrôle de la population.

L’élaboration d’un programme accepté par la population n’est pas l’unique condition d’une lutte efficace contre la crise, un contrôle social s’impose aussi quant à sa réalisation …»

Lech Valesa était le président et Lech Kaczynski le vice-président de Solidarité. Tous les deux ont été présidents de la République. Les chantiers navals de Gdansk comptaient 17 000 ouvriers et employés. Ils sont 2300 aujourd’hui avec des droits en moins.

Dieu ne prête qu’aux riches.

 

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article
3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 11:36

[Faut un article mesuré et pondéré sinon ça passe pas …]

 

Pas loin de Caen, un petit village paisible. Sans histoires. Comme à l’époque du maréchal. Dans la Mairie, son portait figure à coté de celui de Mitterrand (décoré par la Francisque de Pétain) et les autres chefs d’Etat.

Le Préfet a demandé « fermement » le « retrait immédiat » du portrait de Pétain. Le Maire de la commune de Gonneville-sur-mer, avocat, et la majorité de son conseil municipal, sans étiquette, refusent et demandent une décision de justice pour le faire. On rappelle, pour être complet, que F. Mitterrand déposait tous les ans une gerbe de fleurs sur le tombeau du Maréchal (celui de la boucherie 14-18).

Faut-il enlever le portait de Pétain ? Laissons de coté les arguties juridiques (style sciences Po ou université). La question est politique. Je comprends que la question n’a pas beaucoup de sens dans un pays dépolitisé, surtout à l’Université caporalisée et macdonalisée. Les Lumières françaises, depuis 30 ans, est un produit d’exportation qui maintient la France à un rang élevé, plutôt qu’un guide pour l’éducation de ses enfants.

J’ai toujours hésité entre l’oubli de la barbarie et sa publicité négative. Décrocher le portrait du fasciste empêche la discussion éventuelle (je ne me fais pas beaucoup d’illusions sur les incitations à discuter entre citoyens), occulte le personnage et ses crimes, gomme l’Histoire. Laisser le portrait permet aux éléments réactionnaires de la classe supérieure de se doter des repères officiels et des points de ralliement.

Eliminer de l’espace publique les symboles de la barbarie ? Lors d’un mariage à la Mairie ou un conseil municipal j’aimerais voir côte à côte les portraits des Mitterrand (nom générique) et de Pétain et Sarkozy. L’art du cinéma, c’est le montage.

 

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article
25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 18:15

 «Si tous les Arabes et Berbères d’Algérie étaient considérés comme Français,

comment les empêcherait-on de venir s’installer en métropole.

Mon village ne s’appellerait plus Colombey-les-deux-Églises,

mais Colombey-les-deux-Mosquées !»

Charles De Gaulle (1890-1970),

président de la république, 1959

 

Eric Zemmour, journaliste au Figaro (groupe Dassault), multicartes, droite nationale bonapartiste, a fait trois déclarations importantes dans le cadre du débat sur l’identité nationale.

1. « L’immigration se concentre dans certains quartiers, et les autochtones s’en vont ». Le prolétariat et sous-prolétariat a tendance à se concentrer aux endroits les moins fréquentables par la bourgeoisie. La petite bourgeoisie (une infime partie) quitte ces quartiers ne pouvant pas supporter le mode de vie solidaire de la « classe inférieure ». M. Zemmour, par ignorance (il n'a fait que SciencesPo), appelle immigrés les prolétaires français ou étrangers.

2. « Quand on vit en France, on donne un prénom français » à son enfant. Comme le prénom scandinave Eric ou le grec Dimitri. Ou Carla peut-être. J’espère qu’on ne me refusera pas Médina que j’adore pour sa sonorité. Et le prénom de M. Zemmour est-il bien de souche ? Et son nom ? Qu’il ne s’inquiète pas ; la France est si grande et  si accueillante pour accepter tous les Zemmour.

3. « La plupart des trafiquants sont noirs et arabes, c’est un fait ». Reste à prouver. On notera que si Baudelaire n’avait pas sa dose il ne serait pas Beaudelaire. Et enfin, mon dieu, trafiquant est plus noble que marchand d’armes de destruction massive. Un paradis artificiel vaut mieux qu'un enfer réel.

Le MRAP demande au CSA de veiller « à faire en sorte que les chaînes de télévision ne favorisent pas la promotion des clichés et des stéréotypes racistes ». Remplacer Zemmour par Finkielkraut serait une solution. Le jeune Moax (apprenti) ou le vieux Frêche (prof) ferait également l'affaire. Non ?

La LICRA portera plainte contre M. Zemmour. Je ne le crois pas. Je me marre déjà.

En matière de racisme, je ne crois pas que le recours au tribunal est la meilleure solution. Le racisme et l'antisémitisme se combat sur le terrain par des intellectuels courageux, compétents et sans souci de carrière (et qui ont les mains propres). Le tribunal n'a jamais rien réglé en matière de racisme.  Il faut des combattants.

 

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article