Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Je cherche un homme
  • Je cherche un homme
  • : A la manière de Diogène, philosophe cynique, regards sur la politique, l'université, la société.
  • Contact


Paris

Recherche

.

Archives

25 mai 2007 5 25 /05 /mai /2007 17:13
Mémoires de Cannes

Mai 2007. A Cannes, Roman Polanski se rebelle contre la pauvreté des questions de la presse. "Je crains vraiment que c'est l'ordinateur qui vous a abaissés à ce niveau ; que vous ne vous intéressez plus à ce qui se passe au cinéma, que vous ne tapez plus parce que vous n'avez plus besoin de clavier : vous transférez une information que vous obtenez avec votre souris, sur le papier que vous allez donner à la rédaction, et c'est pour ça que vous savez si peu de nous tous ... Alors franchement, allons bouffer !", a-t-il lancé en se levant et en quittant la conférence. Le festival continue.

Mai 1968. A Cannes, Jean-Luc Godard interpelle ceux qui sont pour la continuation du Festival, en particulier Roman Polanski. Il leur dit : " La France s'arrête. On vous parle de liberté, vous nous parlez de travellings. Vous êtes des cons. " Le festival n'a pas eu lieu.

 

Godard écrit à Malraux

2007 à Cannes on fête le 60e anniversaire de sais pas trop quoi. On ne censure plus les films, car il n'y a plus de films.

1966, époque héroïque de la censure gaulliste, André Malraux, alors ministre de la Culture, obtient du secrétaire d'état à l'Information Yvon Bourges l'interdiction du film La Religieuse de Jacques Rivette.

 

Jean-Luc Godard écrit à Malraux :

 

Votre patron avait raison. Tout se passe à un niveau vulgaire et subalterne... Heureusement, pour nous, puisque nous sommes des intellectuels, vous, Diderot et moi, le dialogue peut s'engager à un échelon supérieur...

Étant cinéaste comme d'autres sont juifs ou noirs, je commençais à en avoir marre d'aller chaque fois vous voir et de vous demander d'intercéder auprès de vos amis Roger Frey et Georges Pompidou pour obtenir la grâce d'un film condamné à mort par la censure, cette gestapo de l'esprit. Mais Dieu du Ciel, je ne pensais vraiment pas devoir le faire pour votre frère, Diderot, un journaliste et un écrivain comme vous, et sa Religieuse, ma sœur...

Aveugle que j'étais ! J'aurais dû me souvenir de la lettre pour laquelle Denis avait été mis à la Bastille... Ce que j'avais pris chez vous pour du courage ou de l'intelligence lorsque vous avez sauvé ma Femme mariée de la hache de Peyrefitte, je comprends enfin ce que c'était, maintenant que vous acceptez d'un cœur léger l'interdiction d'une œuvre où vous aviez pourtant appris le sens exact de ces deux notions inséparables : la générosité et la résistance. Je comprends enfin que c'était tout simplement de la lâcheté...

Si ce n'était prodigieusement sinistre, ce serait prodigieusement beau et émouvant de voir un ministre UNR en 1966 avoir peur d'un esprit encyclopédique de 1789...

Rien d'étonnant à ce que vous ne reconnaissiez plus ma voix quand je vous parle, à propos de l'interdiction de Suzanne Simonin, la religieuse de Diderot, d'assassinat. Non. Rien d'étonnant dans cette lâcheté profonde. Vous faites l'autruche avec vos mémoires intérieurs. Comment donc pourriez-vous m'entendre, André Malraux, moi qui vous téléphone de l'extérieur, d'un pays lointain, la France libre ?

Post-scriptum. Lu et approuvé par François Truffaut, obligé de tourner à Londres, loin de Paris, Fahrenheit 451, température à laquelle brûlent les livres.

 

 

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article
22 mai 2007 2 22 /05 /mai /2007 14:08
La cuvée 2007 

Jacques Séguéla, Bernard Tapie, André Glucksmann, Roger Hanin, Pascal Sevran, Jacques Attali, Max Gallo, Anne Lauvergeon, Georges-Marc Benamou, Hubert Védrine, Bernard Kouchner, Claude Allègre, Eric Besson, Michel Charasse, Jacques Blanc, Jean-Pierre Jouyet, Alain Minc, …
Vous pouvez dès maintenant réserver la cuvée 2012, mais il faut payer d'avance. La Maison n'a plus crédit.

 

 

Chicago, les années trente

N. Sarkozy l'a dit et répété deux fois (car l'ex-président n'entend pas très bien) : " Respect de la parole donnée ". J. Chirac est parti rassuré. Madame Chirac n'ira pas en prison. Ses craintes étaient infondées.

 

Au suivant.

 

L'ami évident

" L'arrivée au pouvoir "d'un ami évident" est considérée comme "un bienfait" en Israël " (Le Monde)

Le président du CRIF a adressé " ses plus respectueuses et chaleureuses félicitations " à Nicolas Sarkozy.

Le lobby sioniste a obtenu déjà son premier succès. D'après le Canard enchaîné, Cukierman a joint directement Sarkozy pour lui signifier que la communauté juive prendrait la nomination de Védrine comme un « casus belli », car « Védrine est pire que les anti-israéliens habituels du Quai d'Orsay ».

Ce qui est évident avec " l'ami évident " ce que désormais on a intérêt à coder les articles comme Voltaire. Mais il faut avoir le talent pour cela.

 

 

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article
20 mai 2007 7 20 /05 /mai /2007 18:23
Faut-il avoir fait l'Ecole Normale pour raconter des conneries comme ça ? Sarkozy n'a jamais promis la suppression de l'Ecole Normale et des Grandes Ecoles. Et pour cause.
 
 
Thomas Piketty : « Cela n'a pas été un problème de casting mais de timing », à propos de la prestation au supermarché des élections de S. Royal. Celui-là a de l'avenir.
 

 

Judith Bernard : « Elle (Ségolène) avait trop de propositions, trop de prépositions, tout se tient qu'elle disait et c'est vrai mais à force de tout tenir Shiva s'est emmêlé les bras les fiches et les chiffres et le sens a fini au tapis. Et la gauche, avec.

On s'est dit : pays de vieux. C'est nous qui sommes une génération à la con. » Autocritique déjà ?

Le titre de son article est " i will survivre ". Traduction en français ordinaire pour la banlieue francophone ?

 

 

Philippe Askenazy : Sous le titre " Etonnants électeurs " il accuse les électeurs d'avoir mal voté en concluant « L'Espagne aura eu son Aznar, l'Italie son Berlusconi. Ce ne fut pas des catastrophes pour ces pays … Au tour de la France. Elle a son Sarkozy pour au moins 5 ans. Bon vent. » Le Futur Kouchner.

 

 

Jacques Julliard : « Ségolène Royal a sauvé la gauche du désastre mais l'archaïsme des états-majors du Parti socialiste a été le plus fort ». La pensée zéro de la social-démocratie en France.

 

Mes cher(e)s ami(e)s vous comprenez bien pourquoi le peuple s'est barré.

 

J'ai toujours dit que l'Ecole Normale coûte extrêmement cher pour un résultat aussi nul. Est-ce le bizutage ?

 

 

Par contre, Nicolas Baverez de l'équipe d'en face, ayant compris que le style normalien ne passait plus (même les paysans du Béarn connaissent les ficelles) a adopté le style prof Sorbonne d'avant Mai 68, chaire de la déclinologie savante, avec le succès qu'on connaît. Le jeune homme Piketty, à l'image de sa patronne, est parti préparer 2012, content de sa défaite victorieuse.

 

 

Le cas de Martin Hirsch est exceptionnel. Il est capable de faire la politique de Sarkozy ou celle de Royal sans difficulté. "Ni dupe ni naïf". Comme exactement son maître Bernard Kouchner.

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article
20 mai 2007 7 20 /05 /mai /2007 18:11

La Palestine est toujours occupée par une armée d'un pays qui possède des armes de destruction massive qui sème la terreur dans la région. A l'usage de ceux qui ne veulent plus se faire manipuler par la Presse dite "de référence" cet article décode la réalité.

  • Au Proche Orient, ce sont toujours les arabes qui attaquent les premiers et c'est toujours Israël qui se défend. Cela s'appelle des représailles.
  • Les Arabes, Palestiniens ou Libanais n'ont pas le droit de tuer des civils de l'autre camp. Cela s'appelle du terrorisme.
  • Israël a le droit de tuer les civils arabes. Cela s'appelle de la légitime défense.
  • Quand Israël tue trop de civils, les puissances occidentales l'appellent à la retenue. Cela s'appelle la réaction de la communauté internationale.
  • Les Palestiniens et les Libanais n'ont pas le droit de capturer des militaires israéliens, même si leur nombre est très limité et ne dépassent pas trois soldats.
  • Les Israéliens ont le droit d'enlever autant de palestiniens qu'ils le souhaitent (environ 10.000 prisonniers à ce jour dont près de 300 enfants). Il n'y a aucune limite et n'ont besoin d'apporter aucune preuve de la culpabilité des personnes enlevées. Il suffit juste de dire le mot magique "terroriste".
  • Quand vous dites "Hezbollah", il faut toujours rajouter l'expression « soutenu par la Syrie et l'Iran ».
  • Quand vous dites "Israël", Il ne faut surtout pas rajouter après : « soutenu par les Etats-Unis, la France et l'Europe », car on pourrait croire qu'il s'agit d'un conflit déséquilibré.
  • Ne jamais parler de " Territoires occupés ", ni de résolutions de l'ONU, ni de violations du droit international, ni des conventions de Genève. Cela risque de perturber le téléspectateur et l'auditeur de France Info.
  • Les israéliens parlent mieux le français que les arabes. C'est ce qui explique qu'on leur donne, ainsi qu'à leurs partisans, aussi souvent que possible la parole. Ainsi, ils peuvent nous expliquer les règles précédentes (de 1 à 9). Cela s'appelle de la neutralité journalistique.
  • Si vous n'êtes pas d'accord avec ses règles ou si vous trouvez qu'elles favorisent une partie dans le conflit contre une autre, c'est que vous êtes un dangereux antisémite.

    (paru dans CAPJPO-EuroPalestine)

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article
20 mai 2007 7 20 /05 /mai /2007 18:02

Le meurtre de Taysir Karaki de Beit Hanina, 35 ans, père de cinq enfants, est le fait d'un individu seul, mais le terreau sur lequel le terroriste juif français Julian S. a grandi n'en réclame pas moins un examen collectif.

 

Plus d'un juif français a expliqué au cours de la récente campagne de l'élection présidentielle qu'il était pour Nicolas Sarkozy en raison de la main de fer dont il avait fait preuve contre les musulmans lors des affrontements de la banlieue parisienne en 2005. Son soutien sans équivoque à la communauté juive après l'assassinat d'llan Halimi en 2006, et le fait qu'il y ait attribué des motifs antisémites a aussi aidé Sarkozy à gagner à sa cause nombre de français juifs. Des réflexions du genre « Les Arabes sont en train de s'emparer de la France », et « nous avons besoin d'un homme véritable pour remettre de l'ordre ici » ont été émises par plus d'un Juif au cours de cette campagne.

 

Il y a aujourd'hui en France 600 000 Juifs. Contrairement aux enfants des immigrants musulmans, beaucoup de Juifs français sont parvenus à des postes de haut niveau et bénéficient du respect et la protection du gouvernement. Dans un Etat qui se veut le champion de l'effacement de l'identité religieuse au profit de l'identité universelle de tous les membres de la république, les Juifs ont joué sur les deux tableaux. D'une part ils se sont intégrés à la société française, et d'autre part ils ont constamment manifesté leur grande loyauté envers Israël et en particulier à l'aile droite des gouvernements qui se sont succédés au pouvoir dans les décennies passées.

 

Le militantisme de bien des juifs français et le racisme de certains d'entre eux à l'égard des musulmans ne sont pas des phénomènes nouveaux. Je me rappelle sans difficulté un matin de shabbat dans une synagogue de Paris. J'avais douze ans. C'était en 1982, lors de la guerre du Liban et le rabbin prononçait la prière pour l'Etat d'Israël et ses soldats. L'assemblée répondait par des interjections du genre « Sharon, montre leur ! » et « Tuons-les ! ». Le rabbin ne chercha même pas à les faire taire.

 

Il était clair que cette communauté, qui pendant des années avait généreusement donné à Israël, utilisait l'Etat comme un outil de vengeance.

 

Aucun juif français n'oserait toucher à un Musulman en France. Le meurtrier juif Julien S. a immigré en Israël avant d'assassiner un Arabe. Car, en France, beaucoup de Juifs préfèrent se draper dans le tallit (N. T. châle de prière) de la victimisation - et les incidents anti-juifs leur donnent des munitions suffisantes pour le faire. L'image de la victime fait que le gouvernement, principalement en raison de ses propres sentiments de culpabilité à l'égard de la période de Vichy, leur apporte un énorme soutien.

 

Il est temps que l'Etat d'Israël mette un miroir devant les Juifs de France qui courent deux lièvres à la fois. Le premier ministre Ehud Olmert, ainsi que Dalia Itzik, présidente de la Knesset, devraient aller voir la famille de la victime du meurtre, et lui demander pardon au nom de l'Etat et du peuple juif, comme le roi Hussein de Jordanie l'a fait après le meurtre de sept jeunes filles à Beit Shemsh au cours de l'attaque terroriste de Naharayim en 1997, et comme le président français et son épouse, - Jacques et Bernardette Chirac - et le premier ministre Dominique de Villepin l'ont fait après le meurtre d'Halimi quand ils ont assisté au service religieux en sa mémoire dans une synagogue de Paris.

 

Les dirigeants de la communauté juive de France, que dirige le grand rabbin Joseph Sitruk, devrait par ailleurs se rendre à la Grande Mosquée de Paris demander pardon. Pardon pour le meurtre, mais aussi pour le racisme anti-musulman enraciné dans la communauté juive, et qui est l'une des causes premières de la détérioration des relations Juifs-Musulmans en France.

 

Gael Pinto
Haaretz samedi 19 mai 2007
Traduction Carole Sandrel
http://www.haaretz.com/hasen/spages/860025.html

 

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article
18 mai 2007 5 18 /05 /mai /2007 16:43
Monsieur Bernard Kouchner, éminent professeur titulaire au CNAM, sera exclu du Parti Socialiste (section du 6e arrondissement de Paris). Monsieur F. Hollande est formel. Le premier secrétaire du PS, profitant de l'absence de Mme S. Royal, qui se repose avec ses enfants qui ne vont pas à l'école pour boycotter la carte scolaire, essaie de se séparer de tous les soutiens de celle qui a obtenu la première "non victoire" de l'histoire de la France.

Qui va rénover le PS ? Qui va Réinventer la gauche ? Qui va briser les tabous ? Qui va déplacer les lignes ? Qui va se débarrasser des bolcheviques du parti ?

 

Mais enfin, il ne faut pas désespérer le 6e arrondissement. Tout n'est pas noir. Les forces du changement défilent. Gucci est revenu au Nouvel Observateur cette semaine. Jacques Julliard, Michel Rocard, Jacques Delors sont toujours prêts. Ils ne demandent que le signal de la belle et riche Royal au retour de ses vacances. "Il n'est pire social-démocratie qu'une social-démocratie qui a honte d'elle-même." N'ayez pas honte, n'ayez pas peur, a dit le pape.

Dans ses gribouillis Jacques Julliard évoque l'unification du socialisme français au congrès de Globe en 1905. Dans ses fiches histoire-flash pour étudiants LMD les raisons de cette unification ne figurent pas :

" tous les militants et toutes les fractions ou organisations qui se réclament du socialisme ont le plus impérieux devoir de travailler de toutes leurs forces à la réalisation de l'unité socialiste sur la base des principes établis par les congrès internationaux dans l'intérêt du prolétariat International vis à vis de qui ils sont responsables des conséquences funestes de la continuation de leurs divisions ", (motion du Congrès d'Amsterdam, août 1904 ; voir le texte sur le site du PS).
Imaginons un instant J. Julliard, M. Rocard, B. Kouchner, S. Royal héritiers et responsables des intérêts du prolétariat international !

 

 

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article
17 mai 2007 4 17 /05 /mai /2007 22:15
Quand je lis les articles du journaliste Jacques Julliard je pense toujours au cardinal Liénart (1884-1973), évêque de Lille de 1928 à 1968. L'un a fait le séminaire Saint-Sulpice, l'autre l'ENS.

Dès 1932, le "devoir d'universelle collaboration" pour le premier, dès 1955 "compagnon de route" de divers mouvements catholiques pour le second.

Face au danger communiste, tous les deux se sont montrés très actifs. Le cardinal a mis en garde les communistes lors du front populaire en 1936, quant au normalien, quarante ans après, il a soutenu Rocard par peur du bolchevisme. Il est vrai que en 1981, les bolcheviques menaçaient la fille aînée de l'Eglise.

« Vous êtes une espèce d'homme assez rare dont on ne dit jamais de mal, dont on ne dit que du bien », a dit le président Pompidou au cardinal en lui remettant la grand-croix de la Légion d'honneur en 1970. Probablement pour son anticommunisme, la collaboration pendant la guerre et son attachement aveugle à Pétain.

Son dernier exploit fut une note confidentielle aux prêtres du diocèse lors de la venue du communiste (!!!) Nikita Khrouchtchev en 1962 : « Nous ne pouvons oublier qu'il s'agit d'un chef de gouvernement qui propage officiellement l'athéisme et que des évêques, des prêtres et des populations catholiques ont gravement à souffrir des mesures prises contre leurs personnes et des entraves mises à leurs libertés religieuses ».

J. Julliard a, comme le saint homme, "le sourire bonhomme et l'affabilité bienveillante". Milieux cathos de la social-démocratie, tendance bc-bg, spectateur engagé, multicartes car il le vaut bien, de Rocard à Ségolène, en passant par le pape qui "a concilié l'Eglise avec la démocratie (!)". J. Julliard est un vrai théoricien de la social-démocratie mais sans théorie.

En 1959 on le trouve officier d'action psychologique en Algérie. En 2007, il exerce une action psychologique plus évoluée sur le PS. Complot ? il en est incapable comme tout rocardien. Seulement de petits coups d'amateur. Le coup de force antidémocratique s'appelle aujourd'hui "refondation du PS". Sans aucune honte "l'historien" justifie les actions Rocard et Kouchner d'entre les deux tours et son entreprise de démolition externe du PS (étant au PS, comme tous les putschistes !) : "Pourquoi croyez-vous que nous avons ici soutenu résolument Ségolène Royal dans sa démarche présidentielle ? Parce que, la modernisation du Parti socialiste étant une priorité, la méthode de la candidate - attaquer le parti de l'extérieur, avec l'aide des simples citoyens - était, à l'expérience, la seule capable d'ébranler les colonnes du temple."

La pensée du cardinal comme celle du normalien de service est vieille de 100 ans. Copie et recopie de Berstein, Kautsky et consorts. D'ailleurs le cardinal, qui avait compris plus que son élève archaïque Julliard résume bien la pensée de l'Eglise (aujourd'hui la social-démocratie retardataire) dans une lettre adressée le 5 novembre 1936 au Parti Communiste : "Le communisme n'est pas la cause de tous nos maux : les vrais responsables sont le matérialisme athée et le libéralisme économique. Quand j'ai cherché les responsables, je n'ai pas incriminé votre parti, mais deux erreurs doctrinales : le « matérialisme athée » qui est bien antérieur au communisme et qui ne fait que produire chez vous ses effets logiques, et le « libéralisme économique » qui a vicié le capitalisme et amené ses abus."

Déjà en 36, le libéralisme économique avait vicié le bon vieux capitalisme (Michel Onfray serait aussi d'accord). Il existe une différence entre le cardinal et l'agneau de dieu. Le libéralisme économique, pour le cardinal, était condamnable. Pour Julliard, le libéralisme n'est plus condamnable mais ses excès amènent des abus (l'ultra-libéralisme !).

[Y a-t-il un prof à l'Université en France qui donnerait le diplôme à Julliard pour son article "historique" Réinventer la gauche paru dans le Nouvel Observateur cette semaine ? Je crains que oui. La baisse dramatique du niveau des exigences, dû au LMD, prônée par Julliard, joue en sa faveur.]

 

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article
16 mai 2007 3 16 /05 /mai /2007 22:47
68 ou 89 ?

 

Le philosophe Michel Onfray nous invite à achever Mai 68. Il me semble qu'il souhaite plutôt parachever Mai 68 plutôt que de l'achever à coup de Sarkozy.

A mon humble avis, Mai 68 est pour étudiants bien avancés. Il me semble qu'il faut commencer par parachever 1789. La Propriété a été visiblement oubliée. L'égalité a été trafiquée depuis, la liberté est devenue argument commercial et la fraternité, elle n'existe que sur le papier.

 

La parité hommes-femmes

Il parait que les Français ne veulent pas une femme présidente. Françoise Giroud avait dit à juste titre qu'" Il y aura égalité entre les hommes et les femmes, le jour où on nommera des femmes incompétentes à des postes de responsabilité." Je pense que S. Royal a encore une chance pour devenir présidente de la République. D'ailleurs, je pensais que ce serait le cas cette année. En fait, elle n'était pas assez incompétente.

 

 

Cécilia au PS !

Mme Cécilia Sarkozy n'a pas voté au second tour (l'absence de signature au cahier d'émargement l'atteste). Cette femme de caractère est probablement parmi les vrais opposants du petit bonaparte. Elle serait tout à fait indiquée pour conduire le PS en 2012. Au moins une vraie femme. En plus une vraie politique.

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article
13 mai 2007 7 13 /05 /mai /2007 10:03

Une partie des politiciens « de gauche » ont un faible pour les hommes riches. C'est normal. Ils ont besoin de connaître le mode de vie de nos vrais dirigeants afin de donner aux classes qu'ils sont supposés défendre les recettes du bonheur.

Léon Blum, trois fois premier ministre, a-t-il séjourné au manoir de la famille Bolloré ? En 1946 ? en 1947 ? Qui a raison ? La famille et les biographes officiels ? L'industriel avec la photo et la note manuscrite compromettante ? Allez savoir. Si au moins on avait des journalistes en France, on saurait précisément.

D'ailleurs, la gauche décomplexée et briseuse de tabous a fait reculer aussi cette ligne : Fréquenter les amis riches ne signifie pas faire une politique de riches (surtout lorsque elle est intelligible par les pauvres).

Cette affaire m'a rappelé la lettre d'André Marty, député communiste, en hiver 1939, qu'il avait envoyée à Léon Blum, directeur du Populaire, pour protester contre l'interdiction de l'Humanité par les bons sociaux-démocrates. Il dénonçait ses amitiés. « …Vous Blum, intime des plus grands financiers cosmopolites décorés pour leurs pillages ou pour leurs vols comme Oustric, votre ami. »

Le yacht Paloma, seulement 60 mètres, (qui contraste cruellement avec le minable 18 m de M. Rocard, premier ministre) est un bateau pour petits monarques. Sarkozy en est l'exemple. Le roi-dictateur marocain en est un autre. Au niveau européen les choses se passent autrement.

Tout juste nommé à la tête de l'exécutif européen, José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, et son épouse ont passé sept jours en mer aux frais de leur ami armateur milliardaire Grec Latsis. Le yacht Alexandre, 120 m celui-ci, n'a rien à voir avec le bateau-charter Paloma, outil professionnel d'un industriel quelconque.

En 1991, le yacht Alexandre, paradis sur mer, recevait en « seconde lune de miel » le couple princier Charles-Diana.

En 2002, le couple Charles-Camilla était en croisière dans le même yacht en mer Egée par un temps magnifique. Les Anglais, toujours créatifs et imaginatifs, l'ont appelé à juste titre "Love Boat".

Madame Margaret Thatcher s'habillait mal (elle ne connaissait pas Paris) mais elle savait prendre du repos après une longue grève des mineurs et d'autres ouvriers irresponsables. Elle se réfugiait au château Bridgewater de ce Grec noble et désintéressé pour se ressourcer. Elle a réussi à sauver l'Angleterre du chaos, oeuvre achevée par Antony Blair, ami d'affaires de M. N. Sarkozy et ami de coeur de Mme S. Royal.

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article