Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Je cherche un homme
  • Je cherche un homme
  • : A la manière de Diogène, philosophe cynique, regards sur la politique, l'université, la société.
  • Contact


Paris

Recherche

.

Archives

27 novembre 2009 5 27 /11 /novembre /2009 20:20

Comme vous le savez, les cadres dynamiques européens de niveau international n’ont pas le temps de réfléchir (en dehors de leur travail). Pour briller dans la société (fonction presque toujours sexuelle) ils ont besoin d’arguments bien ficelés. Aujourd’hui on leur apprend (France-Inter, France-Culture, Figaro, TF1, …) que Bio-Ecologie-EliminationDanonne sauvera la planète (des … dégâts de leur travail). Il n’y a qu’une seule solution, comme d’habitude, - disent-ils - mais que la démocratie s’exerce par le débat. D’où Nicolas Hulot et Claude Allègre.

Bouvard et Pécuchet.

Par une chaude journée d’été, à Paris, deux hommes, Bouvard et Pécuchet, se rencontrent et font connaissance. Ils découvrent que, non seulement ils exercent le même métier (copiste), mais en plus ils ont les mêmes centres d’intérêts. S’ils le pouvaient, ils aimeraient vivre à la campagne. Un héritage fort opportun va leur permettre de changer de vie. Ils reprennent une ferme dans le Calvados, non loin de Caen et se lancent dans l’agriculture. Leur incapacité à comprendre va n’engendrer que des désastres. De la même manière, ils vont s’intéresser à la médecine, à la chimie, la géologie, la politique avec les mêmes résultats. Lassés par tant d’échecs, ils retournent à leur métier de copiste. (Résumé de l’original écrit par Gustave Flaubert, publié en 1881).

L’un est de droite, l’autre de gauche. Cette classification n’a aucun sens mais ne le dites pas aux jeunes cadres dynamiques européens de niveau international. Il faut les laisser croire au débat démocratique.

Monsieur Allègre a beaucoup de diplômes (doctorat en Physique) et des distinctions (médaille d’or du CNRS, prix Crafoord pour la géologie, médaille Wollaston). Il est membre de l’Académie des Sciences américaine et française. Il a voté UMP aux européennes en attendant un dernier diplôme de ministre.  Un seul handicap (mise à part du fait qu’il était mon ministre) : il n’est pas normalien.

Monsieur Hulot n’a pas de diplôme. Il a fait néanmoins l’Ecole de EDF, de L’Oréal et surtout de TF1. Plagiste, moniteur de voile, serveur, photoreporter, journaliste. Ce qui le rend sympathique (aux femmes des cadres dynamiques européens). Il aurait pu faire des affaires en astrologie. Mais Germaine lui a pris la place.

Deux libéraux fonctionnaires. L’un de l’Education nationale, l’autre de TF1. La Science dure (le “masculin”) coexiste avec l’astrologie molle (le “féminin”). Les cadres dynamiques n’arrivent pas à choisir. Les deux conviennent. Pourtant, le grand stratège N. Sarkozy hésite lequel fera prince.

 

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article
23 novembre 2009 1 23 /11 /novembre /2009 22:59

Déjà, Alain Finkielkraut, le plus grand philosophe de la télé (après BHL), avait tiré la sonnette d’alarme : « En fait, l’équipe de France est aujourd’hui black-black-black, ce qui provoque des ricanements dans toute l’Europe. Si vous faites remarquer cela en France, on vous jette en prison, mais il est toutefois intéressant de noter que l’équipe nationale de football est composée presque exclusivement de joueurs noirs. »

Il nous avait prévenus. C’était prévisible. Une main noire nous a discrédités à jamais dans toute l’Europe.

Tous en colère. M. Attali, change d’identité : « Nous sommes tous des Irlandais » (non, non je ne mens pas !) ; il propose « d’exclure Thierry Henry de l’équipe de France » ; M. Finkielkraut le magnifique, magister dixit : « Une victoire déplorable » (il s’est levé de bonne heure pour aller à Europe 1, avant d’aller à son cours …). Le Pen juge pour sa part que « Thierry Henry aurait dû signaler lui-même à l’arbitre qu’il avait commis une faute ».

Il manque BHL (il est en train de contacter Brucnker qui négocie avec Le Monde).

La classe supérieure s’intéresse au foot ! C’est louche … Décadence. Finkielkraut laisse tomber son oeuvre télévisuel pour se planter devant la télé pendant 100 minutes (!) voir jouer Eric Abidal, Julien Escude, Patrice Evra, Rod Fanni, William Gallas, Bakary Sagna, Sébastien Squillaci, Abou Diaby, Alou Diarra, Lassana Diarra, Florent Malouda, Moussa Sissoko, Nicolas Anelka, Karim Benzema, Sidney Govou, Thierry Henry.

La main, cette main noire, je l’ai vue ! Des tricheurs ! Une main noire ! Honteux !!

Ce n’est plus possible. L’identité nationale usurpée. La banlieue universelle francophone en premier plan devant des millions de téléspectateurs européens. Inadmissible ! Une équipe abracadabrantesque. Hortefeux au feu ! Besson à Gaza ! Nous sommes la risée des étrangers (lorsqu’ils restent chez eux). Il faut exclure toute l’équipe. Des blancs comme la neige.

Le doyen de la haute éthique de la classe supérieure, M. Laurent Joffrin a le dernier mot : « La France doit donc accepter - avec panache - la demande irlandaise : rejouer le match. Sans les mains. » Lui non plus, il n’a rien compris au film. Avec la même équipe ?

Mais, consolez-vous, la main invisible du marché est blanche, douce, transparente, euphorique, unique. L’éthique des éphèbes protégés, la morale des petites filles de 13 ans, mon cul sur la commode, cum grano salis …

* * *

Les rédacteurs du NouvelsObs commencent en avoir marre aussi de Finkielkraut. Dans son blog, Didier Jacob vide son sac : « La profonde vulgarité de pensée de Finkielkraut n’est cependant pas dans son art de proférer des inepties sur un ton qui en impose, mais dans sa manière de donner d’éternelles leçons à ceux là qui ne se conduisent pas autrement que lui. Témoin, hier, sa cocasse intervention dans le JDD. Voici les meilleurs phases de jeu: « Nous entrons, à toute vitesse, dans une société post-littéraire. Il arrive à Nicolas Sarkozy, par ses choix culturels et par certains aspects de sa politique, d’accompagner le mouvement. Mais on devrait se féliciter de le voir parfois ralentir et regarder derrière lui.» Admirable coup de lèche à notre Président, dont le mépris affiché pour les affaires de la culture devrait pourtant inciter notre philosophe, désabusé par l’époque et ses affreuses manières, à un peu de retenue dans le panégyrique ! »

« Finkielkraut continue, se trompant à nouveau de cible, quand il accuse Marie NDiaye «d’ivrognerie verbale» (l’expression ne semble pas moins violente que ceux qu’il rejette sur la France « monstrueuse » de Sarkozy). Selon Finkielkraut, Marie NDiaye ne serait pas soumise à un devoir de réserve, mais à un devoir de «justesse». En somme, Raoult n’a pas dit autre chose. La littérature, en ses interventions, n’a pourtant jamais été liée d’aucune manière par un quelconque devoir non-écrit qui l’engagerait à la modération. C’est méconnaître l’histoire littéraire, et l’histoire des idées, que de nier la liberté fondamentale de l’écrivain et du penseur, qui ne sauraient accepter qu’on trace autour d’eux un réseau de lignes jaunes, lesquelles sépareraient l’outrance d’un soi-disant parler juste.

Avec Finkielkraut, la philosophie est tombée au plus bas niveau, qui est celui-là même qu’il dénonce à longueur de colonnes et d’interventions, lorsqu’il prêche contre la société du spectacle et du rire tonitruant. C’est de la pensée de comptoir, médiocre, à seul effet d’audimat et de sensation. »

Fin de l’impunité ?

 

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article
19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 22:46

Un journaliste du journal israélien Ha’Aretz interroge M. Attali sur l’antisémitisme en France. Réponse claire et définitive : « Non, il n’y a aucun problème. Affirmer le contraire est un mensonge, un pur mensonge. Il y a évidemment des antisémites, dont certains sont très connus, mais ce n’est pas un problème d’ampleur nationale ».

Le journaliste insiste, Attali s’énerve : « Ecoutez, je ne suis pas ici pour défendre la France, mais pour vous livrer mon opinion : tout ceci n’est que du vent. A ma grande déception, vous, en tant que journaliste israélien, ne m’interrogez pas sur les enjeux internationaux qui vous concernent, mais sur l’image caricaturale que vous vous faites de la France ».

* * *

Il y a évidemment des sionistes en France dont certains sont très connus, mais ce n’est pas un problème d’ampleur nationale. Les Juifs sont acceptés et reconnus comme Juifs par la majorité de la population européenne. Ils constituent une partie indissociable de l’Europe par l’Histoire, les Arts, la Culture, la Science. Pourtant la vigilance s’impose de la part des démocrates contre les élites des classes supérieures franco-allemandes et leurs satellites.

* * *

Quelques jours plus tard Jean-Louis Bianco, secrétaire général de l’Elysée en novembre 1989, déclare que si J. Attali était réticent à la réunification allemande, c’est parce qu’il est juif. Réponse du banquier des pauvres : « Cela reste absolument honteux. Epouvantable. Ma position sur l’Allemagne n’a rien à voir avec une des dimensions de mon histoire. Dire que mes conseils au président étaient déterminés par mon judaïsme est ignoble. Et cette déclaration est, évidemment, antisémite. »

Cette dimension de son histoire est-elle un détail ? Est-il ignoble de penser que les conseils de Rahm Emanuel, Chef de cabinet de la Maison Blanche, à Obama sont déterminés par son judaïsme ?

* * *

« Si une telle phrase avait été prononcée par Le Pen, accusant un collaborateur du président de la République d’être biaisé par ces origines, elle aurait fait scandale », a ajouté l’ex banquier des riches.

Vous comprenez bien pourquoi Le Pen a eu un grand succès en France. J’ai toujours pensé que le jour où Attali et compagnie partira à la retraite (riche et paisible), Le Pen disparaîtra avec. Les juifs en France pourront dormir tranquille. Je rappelle que Le Pen n’a jamais représenté le moindre danger, il n’a jamais eu un seul député au parlement depuis 40 ans et c’est une création de l’équipe Mitterrand (Attali, Bianco et consorts) pour pouvoir se maintenir au pouvoir. Les cousin(e)s et les grands frères (BHL, Caroline et compagnie) essaient aujourd’hui de remplacer Le Pen (trop usé) par Tariq Ramadan.

* * *

Monsieur Attali a vu dans cette déclaration de Bianco une forme « d’antisémitisme inconscient ». Imaginons Attali le jour où M. Bianco, qui drive Mme Royal, arrive (de nouveau) au pouvoir ! Et si ce jour-là l’antisémitisme inconscient de Bianco devient conscient ?

* * *

Un jour ou l’autre on va tous être accusés d’antisémitisme (aussi longtemps qu’Israël occupe la terre de Palestine). Pour l’instant, ils s’occupent des gros : Badiou, Godard, Chomsky, … Ils n’ont pas le temps de s’occuper des petits. Profitons-en.

 

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article
4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 11:17

Rocard (l’homme des impôts et taxes) et Juppé (condamné pour mauvaise usage de nos impôts) préparent le « grand emprunt » demandé par le maître Sarkozy, pour sauver la France (les grandes entreprises).

Bouvard et Pécuchet sont formels : « il nous faut un grand emprunt ». « Cent milliards ! », réclame un comparse.

« Le chiffre de 100 milliards a été lancé par des gens sans responsabilité » martèle M. Rocard, collaborateur éminent de M. Sarkozy et ex président du pôle Nord. Son montant devrait plutôt se situer « entre 20 et 30, 35, 40 » milliards d’euros, estime-t-il. Mme Germaine, docteur-astrologue de la Sorbonne, a-t-elle prévu combien ?

La France est toutefois « gravement endettée et nous allons écrire que la procédure de cet emprunt ne doit en aucun cas être renouvelée, c’est trop dangereux », a mis en garde M. Rocard.

Le grand président Giscard avait présenté M. Barre comme « le plus grand économiste de France ! ». Le résultat, vous connaissez. Son élève, M. Rocard, défie aujourd’hui même l’Ecole Normale (Juppé, élève raisonnable en retrait attend la bienveillance du maître, son auto-ostracisme ne lui pas tellement réussi). 

* * *

Les gens raisonnables élaborent un projet et ensuite cherchent un financement. Le duo Rocard-Juppé fixe d’abord le financement et ensuite fera un projet. Dans quelle université française ont-ils appris cela ? En tous cas, la commission Rocard-Juppé est déjà là.

Composition de la commission Juppé-Rocard

Socialistes-libéraux et Libéraux-socialistes au travail pour sauver la France. Rocard a imposé Mme Notat (tout un symbole) mais le normalien Juppé a raflé la mise. La liste de nos élites est exceptionnelle par la qualité des participants. Le Socialisme est en marche ! On regrettera l’absence de Jean Sarkozy.

Fatine Layt, présidente de la banque d’affaires Oddo Corporate Finance, ex associée de Messier.

Elisabeth Lulin, cabinet Balladur, puis Juppé, directrice générale de la société d’études et de conseil Paradigmes et caetera, membre du comité des comptes du Groupe Société Générale.

Véronique Morali, présidente de Fimalac Développement, présidente de la Commission du dialogue économique du Medef.

Edouard Philippe, directeur général de l’UMP, directeur des affaires publiques chez Areva, ancien membre du cabinet d’Alain Juppé.

Nicole Notat, ancienne secrétaire générale de la CFDT, présidente de la société Vigeo.

Edouard Bard, climatologue, professeur au Collège de France, membre de l’AERES.

Monique Canto-Sperber, directrice de l’ENS. “ Le socialisme sera libéral ou pas ”

Philippe Dessertine, professeur de finance à Nanterre.

Jean de Kervasdoue, professeur au CNAM.

Marion Guillou, X, présidente du CA de Polytechnique et de l’INRIA.

Laurence Tubiana, économiste, directrice à Sciences Po.

Philippe Bouyoux, rapporteur général de la commission, inspecteur général des finances.

Geneviève Le Bigot, conseillère d’Alain Juppé.

Olivier Ferrand, HEC, ENA, PS, fondation Terra Nova.

Jack Azoulay, inspecteur des finances.

Christian de Boissieu, président du Conseil d’analyse économique.

Catherine Cesarsky, haut-commissaire au CEA.

Alain Grandjean, X, membre de la Fondation de Nicolas Hulot.

Bettina Laville, associée du cabinet d’avocat Landwell et Landwell, Terra Nova, cabinets Beregovoy, Lalonde, Jospin.

Claude Mandil, X, ancien président de l’Agence internationale de l’énergie.

Erik Orsenna, PS, membre de l’Académie française.

Denis Ranque, X, président du Cercle de l’industrie, Thales.

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article
31 octobre 2009 6 31 /10 /octobre /2009 15:04

Charles Pasqua (un modèle de parlementaire qui honore la république gaulliste) estime que les Français « savent bien qu'à droite comme à gauche, tout le monde a eu recours à des emplois dits aujourd'hui fictifs ... On devrait considérer que c'est du passé ... Ce système judiciaire qui juge plus de quinze ans après les faits me choque ... Je trouve cela non seulement triste mais aussi un peu indigne ».

Tout le monde savait sur Polanski, tout le monde savait sur Mitterrand, tout le monde savait sur Chirac, tout le monde savait sur Juppé, tout le monde savait sur Pasqua, ... La liste est longue. Une enfance malheureuse et des erreurs de jeunesse. Le stalinisme a laissé des traces en France.

Il faut qu'on arrête avec ça.  Si on laisse parler M. Pasqua la France va être discréditée à jamais à l'étranger. Oubli. Amnistie large et généreuse. Vite, un Rocard ! Immunité veut dire impunité des hommes illustres. Pour éviter la guerre civile. Pour repartir comme en 14.

En même temps il faut se rappeler que Papon et Barbie, Evrard et Dutroux ont été condamnés (à tort) longtemps après les faits. Réhabilitation ! Castration de la mémoire !

* * *

Janvier 1951 : Le radical-socialiste Queuille amnistie collaborateurs, délateurs, ...

1963-66-68 : OAS et les militaires de la guerre d'Algérie sont amnistiés.

1982 : Mitterrand amnistie les généraux ayant organisé le putsch d'avril 1961.

Juillet 1988  : Rocard amnistie les « délits en relation avec des élections de toute nature, notamment en relation avec le financement direct ou indirect de campagnes électorales ou de partis politiques avant le 11 mars 1988 (...)"

janvier 1990 : Rocard remet une couche : « Sauf en cas d'enrichissement personnel de leurs auteurs, sont amnistiées toutes infractions commises avant le 15 juin 1989 en relation avec le financement direct ou indirect de campagnes électorales ou de partis et de groupements politiques ... »

Les lecteurs doivent faire attention :

« La mention d'une condamnation amnistiée est par nature une calomnie, qui peut en tant que telle donner droit à réparation. »

 

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article
26 octobre 2009 1 26 /10 /octobre /2009 21:35

Extrait du « Programme d’action de la Résistance » établi le 15 mars 1944 par les résistants.

- la possibilité effective, pour les enfants français, de bénéficier de l’instruction et d’accéder à la culture la plus développée, quelle que soit la situation de fortune de leurs parents, afin que les fonctions les plus hautes soient réellement accessibles à tous ceux qui auront les capacités requises pour les exercer et que soit ainsi promue une élite véritable, non de naissance, mais de mérite, et constamment renouvelée par les apports populaires.

Jean, parle à ton père.

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article
21 octobre 2009 3 21 /10 /octobre /2009 10:53

Caligula (12-41), empereur romain, disait : « J'aime le pouvoir car il donne ses chances à l'impossible. » Effectivement, dix-huit serviteurs s'occupaient de son cheval Incitatus, qu'il avait nommé Consul. Les historiens nous apprennent que le traitement d'Incitatus par Caligula n'était pas une preuve de sa folie mais une manière « de ridiculiser et d'irriter les sénateurs ».

Nommer son fils au quartier des affaires n'est qu'une humiliation de plus des « socialistes » et du corps universitaire.

 

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article
18 octobre 2009 7 18 /10 /octobre /2009 21:14

Les courtisans disent rarement la vérité.

Laurent Joffrin, Libération, 14.10.09

Après avoir avoué chez Laurence son « erreur » de fréquenter les bordels de Thaïlande (exigence du metteur en scène N. Sarkozy) il revient, sûr de lui et dominateur, chez Jean (Daniel, conservateur en chef de la deuxième gauche). Pathétique.

Nouvel Observateur – La droite vous a adopté ?

F. Mitterrand. – Vous savez, quand je pénètre dans l’hémicycle et que je vois ces hommes et ces femmes qui viennent de toute la France sur les bancs de la droite et que je les compare aux bancs de la gauche, je me dis souvent que le peuple n’est pas du côté que l’on croit. Bien sûr, il y a des exceptions. Mais parmi ces députés qui ne fréquentent guère les salons il y en a beaucoup plus qu’on ne le dit pour accepter un homme comme moi, tandis que certains députés de gauche, parfois moins modestes, restent bourrés de préjugés et se perdent sur de mauvais chemins pour les afficher.

* * *

Les Suisses, par Américains interposés, n'autorisent pas à M. Polanski de prendre position en faveur de M. Mitterrand. C'est compliqué sous Obama. On était bien sous Bush. La paix, les voyages à notre Orient, le plaisir de choisir, la bonne vie.

 

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article
17 octobre 2009 6 17 /10 /octobre /2009 14:30

Voici deux voleurs.

Celui-ci est pauvre, et vole les riches.[...]

Cet autre est riche et vole les pauvres.

Victor Hugo, Choses vues

L'employée d'une maison de retraite allemande avait gardé pour elle les restes du déjeuner de personnes âgées parce qu'elle manquait de temps pour s'organiser un en-cas.

Il y a bien eu vol, estime le tribunal. « C'est à l'employeur et à lui seul de décider de ce qu'il fait de sa propriété, et donc de la manière dont il se débarrasse des restes alimentaires », ont estimé les juges. L'employée qui travaillait depuis 17 ans pour la fondation a été licenciée pour vol.

Monsieur Finkielkraut, du haut de son balcon, reste silencieux. Un vol mineur n'est pas un viol sur mineur. Ce n’est pas pareil. La dame n'avait pas une enfance malheureuse. Sa vie, seulement.

 

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article
11 octobre 2009 7 11 /10 /octobre /2009 09:30

Deux articles, l'un du journal de la classe supérieure cultivée (Le Monde) et l'autre d'une tradition humaniste des Lumières (Le Monde diplomatique), illustrent parfaitement les deux France. Complicité/critique, proximité/distance, collaboration/résistance.

 

Chasse à l'homme

Eric Fottorino,

édito du Monde, 10.10.09

 

Frédéric Mitterrand a commis au moins deux erreurs : réagir par trop d'émotion à l'affaire Polanski ; se livrer à des actes sexuels tarifés avec de jeunes prostitués thaïlandais. Aveu qui n'en est pas un puisqu'il figure dans son récit paru en 2005, La Mauvaise Vie, dont la critique salua la force. Il n'est pas simple pour un individu de confesser ses bassesses, et il faut avoir lu le livre - ce qu'à l'évidence n'ont pas fait les esprits vengeurs du moment - pour mesurer la part d'humanité et de remords qui court au long de ces pages suffocantes d'où sourdent malheur et malaise.

Mais soyons précis : dans son texte écrit sans autre contrainte que celle de la sincérité, Frédéric Mitterrand parle d'acte homosexuel, pas de pédophilie ; de relation entre adultes consentants, même si la prostitution, dans le tiers-monde plus qu'ailleurs encore, inclut toujours une sujétion par l'argent. Sur ce tas de faux secrets, certains ont engagé une chasse à l'homme. Avec le Front national et quelques figures socialistes en chefs de meute. Bel attelage en vérité, que celui de l'hypocrisie, de la vindicte et du populisme mêlés. La proie est si tentante. Pensez ! Un ministre d'ouverture, donc faible. Peu considéré à droite, regardé plus que de travers à gauche, pain bénit d'une extrême droite qui veut se refaire à bon compte.

Mais revenons aux faits. Ce livre était-il connu ? Oui. M. Mitterrand a-t-il commis un viol ? Non. L'homosexualité est-elle un crime, un délit ? Pas davantage. Alors ? Alors si le ministre de la culture n'a pas menti sur l'âge de ses partenaires sexuels, le lynchage dont il est la victime est une tache sur tous ceux qui, au nom d'intérêts mesquins, hurlent avec les loups.

Chasse à l'enfant

Claire Brisset

Monde Diplomatique, extrait, août 1996.

[...] Mme Marie-France Botte, une jeune assistante sociale belge, est parvenue, au péril de sa vie, avec des équipes thaïlandaises, à faire libérer 1 400 enfants des maisons closes de Bangkok :  « On les viole, on les affame, on les brûle avec des cigarettes, on les blesse à coups de ceinture, voire à coups de couteau, on les torture parce qu’ils ne veulent pas du soi-disant « nouvel amour ». Et, au bout du chemin, on les laisse crever de ces mauvais traitements et du sida. »

Ce « nouvel amour » est celui que les pédophiles, occidentaux ou non, prônent inlassablement et qu’ils mettent en pratique, au mépris de toutes les lois. Certes, la Convention des Nations unies sur les droits de l’enfant (20 novembre 1989) prévoit l’interdiction de toute prostitution enfantine. Certes, le code pénal français punit de cinq ans de prison les relations sexuelles rémunérées avec un enfant de moins de quinze ans, et de vingt ans de réclusion criminelle toute « atteinte sexuelle » sur un mineur de moins de quinze ans « commise avec violence, contrainte ou surprise ». Il n’en demeure pas moins que toute une littérature de propagande fleurit librement, sous couvert d’expression artistique, sans que leurs auteurs soient le moins du monde inquiétés.

On peut ainsi lire, sous la plume de Gabriel Matzneff, de retour d’un voyage aux Philippines : « Amoureusement, ce que je vis en Asie est très inférieur à ce que je vis en France, même si les petits garçons de onze ou douze ans que je mets ici dans mon lit sont un piment rare. Oui, un piment, mais seulement un piment : une épice et non le plat de résistance. »

* * *

[Quelques commentaires sur l'édito du Monde.

« jeunes prostitués thaïlandais » . Non monsieur Fottorino, M. Mitterrand a dit qu'ils avaient 60 ans (moins cinq) chez « Laurence ». Etes-vous du Front National ?  Ah, ce tas de faux secrets ...

« Adultes consentants » dans un bordel de Thaïlande ! Vous plaisantez M. Fottorino. Lisez au moins les extraits publiés dans votre journal.

Le dressage est tel que ces valets-là ne demandent même pas à être payés pour les heures supplémentaires. Internet les ramassera à la pelle. Ils sont conscients, mais la menace "bolchevique" est plus forte. Elle maintient leur cohésion pour un temps encore. Perdre son emploi, c'est moche, perdre ses maîtres, c'est pire. Ils ont une trouille terrible. Le vieux borgne est appelé au secours, mais la peur ne fait plus recette depuis le référendum. Le peuple s'est barricadé sur Internet et riposte immédiatement. Il en profite de sa liberté avant verrouillage. Les journaux de référence de la classe supérieure font encore leur autocritique ("c'était l'émotion de voir notre maître en prison") jusqu'au naufrage final. On est habitué. Quelle humiliation !

Fottorino-Finkielkraut, aux abris (de l'Elysée) ! les barbares arrivent ! Pas de panique ! BHL n'a pas dit son dernier mot. Une interview bio(logique) de Berlusconi (chassé à mort et persécuté à tort) en première page du Monde pourrait renverser la vapeur.

Enfin, plus sérieusement, imaginez un instant, un prof qui arrive en classe avec les dossiers ... pédagogiques du Monde dans lesquels figure l'édito de Fottorino ! Beaucoup choisirait le Front National. Pour empêcher cela, il faut boycotter le Monde. Si on veut en finir avec l'officine-alibi de l'extrême droite de l'oncle Mitterrand réactivée par le neveu Mitterrand et ses complices.

Quand à Matzneff, ils l'ont sorti à la télé de la naphtaline pour défendre ... Polanski]

 

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article