Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Je cherche un homme
  • Je cherche un homme
  • : A la manière de Diogène, philosophe cynique, regards sur la politique, l'université, la société.
  • Contact


Paris

Recherche

.

Archives

9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 10:27

Le parlement grec a voté le 6 mai les mesures d'austérité imposées par FMI-UE avec la complicité de PASOK (PS). Les mesures ont été votées par le PS (157 députés sur 160) et l'extrême droite (15 sur 15) et une députée de la droite. Les trois députés PS qui se sont abstenus ont été exclus du parti. Le parti communiste (21 députés) et SYRIZA (13) ont voté contre. La droite (90 sur 91) a voté contre. Elle est d'accord pour les mesures mais sans recours au FMI.

Désormais les mesures d’austérité seront prises par décret, sans consultation du Parlement. Le ministre des finances aura les pleins pouvoirs, aux ordres des agents du FMI à chaque ministère. Ce  « coup d’Etat » était bien préparé par le PS. Il a surpris tous les députés qui ont dénoncé  la dérive constitutionnelle, car toute loi qui restreint la souveraineté nationale est du ressort du Parlement. Les juristes du PS ont remplacé dans un article de loi qui prévoit le vote obligatoire l'expression « le Parlement valide » par le « Parlement discute ». Sans prévenir les présidents des groupes de la tenue du vote, le ministre des finances fait la proposition d’une modification de cet article, votée par le chef du groupe Pasok. Et le vice-président du Parlement a considéré que la loi était votée, car le parti majoritaire venait d’approuver cette modification ! Même les alliés du PS, les députés de l'extrême droite, ont dénoncé la magouille.

 

[J'espère que les électeurs français se rappelleront de l'alliance PS avec l'extrême droite en 2012. Il faut savoir qu'en France, l'extrême droite hait la droite (concurrence sur le même terrain) alors qu'elle pourrait soutenir le PS si « l'intérêt national » est gravement menacé. Car le dilemme absurde qui sera posée est « banqueroute ou pauvreté ». Dans premier cas c'est la pauvreté et l'humiliation de la France dans le second la pauvreté et l'humiliation des Français. L'exemple grec est à méditer.

Les journaux français (même Le Figaro !) s'abstiennent de noter que Papandreou, premier ministre, est le président de l'internationale socialiste et que Strauss-Kahn est l'éminent socialiste qui a introduit les stock-options en France. Si vous souhaitez les insulter, traitez-les de socialistes. Ils ne supportent plus.]

[Un détail. Une députée PS, Sofia Sakorafa, a refusé de voter les mesures d'austérité de son parti et elle a été exclue. Elle fut championne du monde au javelot en 1982. En 2004 elle a acquis la nationalité palestinienne pour pouvoir participer aux Jeux Olympiques avec la Palestine. Le comité olympique avait refusé sa participation. Championne du monde, patriote, solidaire des peuples opprimés. Un exemple universel.]

 

Partager cet article

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article

commentaires