Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Je cherche un homme
  • Je cherche un homme
  • : A la manière de Diogène, philosophe cynique, regards sur la politique, l'université, la société.
  • Contact


Paris

Recherche

.

Archives

10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 14:39

Le président Obama hésitait. Finalement son prix Nobel de la Paix l’a encouragé. Il a envoyé 30.000 soldats (dire plutôt hommes, sinon ça fait peur) supplémentaires en Afghanistan pour défendre la paix et la sécurité. Les républicains n’avaient pas osé combattre le Mal. Usés et discrédités (par qui au fait ?). Le planetarche a déclaré qu’il s’agissait « de l’intérêt national américain ». Et l’intérêt de l’Occident, Monsieur le président.

Soyons positifs, comme on dit aux cercles de la raison. « Je ne prends pas cette décision à la légère », a-t-il déclaré les larmes aux yeux. Soyons justes et pondérés. Obama n’a pas envoyé la bombe atomique comme à Hiroshima. Il aurait pu le faire. Il ne l’a pas fait. Un grand président pour la Paix. Il mérite son prix. Et l’OTAN le rempart de notre liberté. Contre les Arabes, les Nègres et les communistes.

En tous cas, la cérémonie était touchante. Le président a accepté le prix avec « gratitude et humilité », rappelant que « la guerre était parfois nécessaire pour combattre le mal ». Mais soyez fair-play, Monsieur le planetarche. Commencez la guerre en Iran ; votre successeur républicain « finira le travail » et aura le prix Nobel cette fois-ci. Ne soyez pas ingrat.

PS. Jean Daniel a trouvé l’Amérique triste. Monsieur le président, faites quelque chose. Sinon on partira tous chez Poutine, futur prix Nobel.

Partager cet article

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article

commentaires