Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Je cherche un homme
  • Je cherche un homme
  • : A la manière de Diogène, philosophe cynique, regards sur la politique, l'université, la société.
  • Contact


Paris

Recherche

.

Archives

2 octobre 2009 5 02 /10 /octobre /2009 23:45

Comment un pédophile récidiviste a pu échapper à la police et à la Justice pendant 32 ans ? Il se cachait où ? Les complices ? Qui sont-ils ?

Les fichiers géants interconnectés en temps réels, Echelon, les services secrets les plus puissants de la planète n'ont pas pu arrêter le pédophile. Finalement c'est la Banque qui est venue à bout. Leur Banque. La Suisse frustrée de perdre petit à petit son rôle de coffre fort et de paradis de tous les pervers de la Terre, l'a lâché. Ils n'iront plus skier à Gstaad. Il leur reste la Colombie.

* * *

Il n'y a plus d'opposition organisée. C'est un fait. Le régime tombera-t-il de ses propres contradictions ? Il faut (et ne suffit pas) jouer sur les contradictions internes de la classe supérieure. Avant que toute la société devienne Dupont-les-films. (Mme I. Huppert qui signe aujourd'hui pour le pervers, jouait la victime dans Dupont Lajoie, il y a 34 ans !). Car, dans cette période, l'affrontement n'est pas entre le capitalisme et le socialisme. Ce sera pour une époque future inévitable, comme disait Beethoven aux musiciens qui piétinaient sa partition. Soyons pragmatiques, si on ne veut pas se suicider, si on ne veut pas que nos filles et nos garçons soient la cible privilégiée comme dans les camps nazis ou en Thaïlande La séparation, l'affrontement c'est entre l'homme et l'animal. D'abord sauver l'homme. Sauver l'homme, c'est sauver les valeurs de l'homme. Sauver les valeurs de l'homme, c'est combattre ceux qui les piétinent ou les menacent. Combattre les intellectuels organiques du Pouvoir, d'abord.  Combattre leur « culture ». Leurs supports.

* * *

Si le communisme conduit au stalinisme (ce qui reste à prouver) le capitalisme conduit à la barbarie (Auschvitch, dictatures, Pétain, Bush, Berlusconi, N. S., R. P, Gaza, Guantánamo, Collaboration, guerres, ...)

Il reste un peu de liberté. En France nous sommes armés pour cela. La révolution française, la Commune, la Résistance, nos Lumières. Il faut recommencer à zéro. Les mots, les notions ont été souillés par les barbares. Tout est à reconstruire. On ira chercher chez les maya, chez les présocratiques, chez les assyriens et ailleurs. Nous avons fait fausse route. Nous tracerons des routes nouvelles. De la Fraternité. De la Justice. De la dignité de l'homme. De la Démocratie du temps où elle était une insulte.

* *  *

On prend des gens pour des imbéciles. Les journaux du régime de l'oligarchie, de la classe corrompue, en particulier en France, jouent probablement leur dernière carte pour sauver la racaille de la bourgeoisie. Quitte à nier et pervertir les valeurs qu'ils avaient inculquées au peuple. « Un viol n'est le viol des viols. »  La fillette qui porte le voile avilit l'image de la femme. Ote ton voile que je te viole ! Blow-Up. Je suis un génie du cinématographe pour apprentis voyeurs. L'Occident dans toute sa splendeur. L'Art absolu !

* * *

Dans l'ancien régime, il était généralement admis que l'enfant jouissait d'un statut particulier. Les agressions contre les enfants étaient considérées comme graves voire comme des crimes. Le Parisien, Le France Soir était spécialisés en la matière. Les agresseurs, les violeurs, les pervers étaient sévèrement punis et stigmatisés à vie par le personnel politique et surtout l'église et la classe supérieure. Surtout cette dernière. Car un violeur, était quelqu'un qui n'avait pas d'instruction, qui ne fréquentait pas les musées ni l'opéra, qui n'avait jamais vu un film de Polanski. Les pervers faisaient partie de la racaille de la basse classe. Un bourgeois ne viole pas. C'est un conquérant. Un initiateur. Un émancipateur de l'âge tendre. 

* * *

A l'époque de la marchandisation tout se vend et tout s'achète. L'humain, l'honneur, les valeurs. « Il a acheté quatre de cinq chefs d'accusation ! » Seulement ? Un Dupont-la-joie minable de la banlieue hollywoodienne. Un génie incapable d'en acheter le cinquième n'est pas un génie ...

Le collaborateur de N. Sarkozy, président du Conseil de surveillance d'Arte France (longévité au poste supérieure à celle de Kim Il-sung), vient au secours du pédophile « rescapé du nazisme et des persécutions staliniennes ». Seulement les criminels contre les enfants et les antisémites étaient condamnés à mort en régime stalinien (1931). Le défenseur du pédophile croyait que son artiste était protégé par la Banque. Cette putain de banque les a trahis. Même Madoff a été lâché. Sans doute un crime contre l'humanité ! Comme dans les camps nazis, le viol de la fille de 13 ans a été commis par le « jeune homme de 43 ans » « au nom d’une norme rationalisée et non pas en tant qu’expression d’une transgression ou d’une pulsion non domestiquée ».

* * *

Une résistance timide mais puissante s'est développée. Sur Internet toute intervention ou presque est contre le pédophile et ses défenseurs de la classe supérieure. Les journaux de l'oligarchie commencent à reculer. Finalement, la culture du droit de cuissage (variante artistique puisée chez les Talibans) est mise à nue.

* * *

Deux dames, une de la majorité, l'autre de l'opposition (à quoi d'ailleurs ?) proposent la castration chimique des violeurs. Vous vous rendez compte ? Où les grands metteurs en scène trouveront leur inspiration ?

* * *

Le documentariste José Chidlovsky risque 5 ans de prison pour avoir hébergé une jeune femme « privée de papiers » qui était l'une des protagonistes de son film. José Chidlovsky a trouvé son inspiration dans vie, la vraie vie. Il doit être exécuté. Mais qui hébergeait le pédophile ?

 

Partager cet article

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article

commentaires

sanchez 02/11/2009 08:48


tres bon commentaire bravo et félisitation a dimitri


CoachDom 04/10/2009 21:47


Merci pour cet article.
La vraie racaille de la république vaincra bientôt :)
Les journalistes font leur dernier tour de piste, avant de sombrer dans l'anonymat qu'ils n'auraient jamais dû quitter par humilité.