Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Je cherche un homme
  • Je cherche un homme
  • : A la manière de Diogène, philosophe cynique, regards sur la politique, l'université, la société.
  • Contact


Paris

Recherche

.

Archives

21 août 2008 4 21 /08 /août /2008 08:30

Michel Rocard a enfin avoué, vingt ans après, que les prisonniers kanaks ont été achevés « à coups de bottes » (lire le dossier sur rue89.com). Dans une émission à France Culture il déclare :

« Ce que je savais moi - et que j’étais seul à savoir, je ne pouvais pas le dire aux autres délégations parce qu’il ne fallait pas que le secret sorte - c’est qu’il y avait aussi des officiers français… enfin, au moins un et peut-être un sous-officier, on ne sait pas très bien… A la fin de l’épisode de la grotte d’Ouvea, il y a eu des blessés kanaks et deux de ces blessés ont été achevés à coups de bottes par des militaires français, dont un officier. Il fallait prévoir que cela finisse par se savoir et il fallait donc prévoir que cela aussi soit garanti par l’amnistie. »

Le spécialiste des amnisties avait fait voter une loi d'amnistie au Parlement (sans oublier l'amnistie de la classe politique corrompue).

« La France a tenu sa parole », conclut Michel Rocard.

Sur dix-neuf cadavres décomptés le 5 mai 1988 autour de la grotte d’Ouvéa, douze ont une balle dans la tête.

L’état de droit n’est-il plus qu’une illusion ?

Il est content de lui l'ex premier ministre de la France. Sans scrupules ni remords. « Je vais vous paraître d’une arrogance extrême, mais je considère que je n’ai rien raté de majeur. J’ai réussi ma vie. Bien sûr, j’aurais eu du plaisir à devenir président de la République, mais je n’ai aucune certitude que j’aurais été un aussi bon président de la République que j’ai été un bon Premier ministre. [...] Certes, je ne suis pas devenu président ; je n’ai pas vécu sous les ors de la monarchie républicaine ; mais mon inscription dans l’histoire de socialisme est d’ores et déjà acquise. Quand un individu, qu’il soit Premier ministre ou quidam, a pu faire ça dans sa vie, il peut dormir tranquille jusqu’à la fin de ses jours. » (Si la gauche savait).

Nous avons les dirigeants que nous méritons. Tout dépend de nous. Il n'y a pas de fatalité.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article

commentaires