Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Je cherche un homme
  • Je cherche un homme
  • : A la manière de Diogène, philosophe cynique, regards sur la politique, l'université, la société.
  • Contact


Paris

Recherche

.

Archives

15 août 2008 5 15 /08 /août /2008 08:32

 Mahmoud Darwich est mort le 9 Août. Un homme libre comme tout résistant. Né en 1941 en Galilée, voit son village détruit par l’armée israélienne lors de la guerre de 1948. Sa famille, qui avait fui au Liban, rentre clandestinement deux ans plus tard. Il grandit avec les « Palestiniens de l’intérieur », sous administration militaire. Il fait ses études à l’université de Haïfa. Il milite au Parti communiste israélien, seul parti à compter des Juifs et des Arabes. Il est arrêté et emprisonné à plusieurs reprises. Et puis l'exil. Beyrouth, Caire, Moscou, Tunis, Paris. En 1993 il s'oppose avec Edward Saïd aux accords d'Oslo.

Il a publié plus de vingt volumes de poésie, sept livres en prose et a été rédacteur de plusieurs publications.

« L'œuvre de Darwich, essentiellement poétique, est une véritable défense et illustration d'une terre, d'un peuple, d'une culture en même temps qu'une entreprise hardie de genèse littéraire. Elle est hantée d'un bout à l'autre par une seule idée, une seule référence, un seul corps: la Palestine. La solitude et le désarroi de l'exil exprimés côtoient l'acceptation noble et courageuse où le désespoir profond devient générateur de création, porteur d'une charge poétique intense. » (Source : Wikipedia)

Il aurait dû avoir le prix Nobel de littérature. Mais on ne donne pas ce prix aux communistes (Nikos Kazantzakis, Nazim Hikmet, ...)

Le poème est extrait du recueil Les poèmes palestiniens, paru au Cerf en 1970. il est devenu un hymne chanté dans tout le monde arabe

 

Identité (1964)

 

Inscris !

Je suis Arabe

Le numéro de ma carte : cinquante mille

Nombre d'enfants : huit

Et le neuvième... arrivera après l'été !

Et te voilà furieux !

 

Inscris !

Je suis Arabe

Je travaille à la carrière avec mes compagnons de peine

Et j'ai huit bambins

Leur galette de pain

Les vêtements, leur cahier d'écolier

Je les tire des rochers...

Oh ! je n'irai pas quémander l'aumône à ta porte

Je ne me fais pas tout petit au porche de ton palais

Et te voilà furieux !

 

Inscris !

Je suis Arabe

Sans nom de famille - je suis mon prénom

« Patient infiniment » dans un pays où tous

Vivent sur les braises de la Colère

Mes racines...

Avant la naissance du temps elles prirent pied

Avant l'effusion de la durée

Avant le cyprès et l'olivier

...avant l'éclosion de l'herbe

Mon père... est d'une famille de laboureurs

N'a rien avec messieurs les notables

Mon grand-père était paysan - être

Sans valeur - ni ascendance.

Ma maison, une hutte de gardien

En troncs et en roseaux

Voilà qui je suis - cela te plaît-il ?

Sans nom de famille, je ne suis que mon prénom.

 

Inscris !

Je suis Arabe

Mes cheveux... couleur du charbon

Mes yeux... couleur de café

Signes particuliers :

Sur la tête un kefiyyé avec son cordon bien serré

Et ma paume est dure comme une pierre

...elle écorche celui qui la serre

La nourriture que je préfère c'est

L'huile d'olive et le thym

 

Mon adresse :

Je suis d'un village isolé...

Où les rues n'ont plus de noms

Et tous les hommes... à la carrière comme au champ

Aiment bien le communisme

Inscris !

Je suis Arabe

Et te voilà furieux !

 

Inscris

Que je suis Arabe

Que tu as raflé les vignes de mes pères

Et la terre que je cultivais

Moi et mes enfants ensemble

Tu nous as tout pris hormis

Pour la survie de mes petits-fils

Les rochers que voici

Mais votre gouvernement va les saisir aussi

...à ce que l'on dit !

 

DONC

 

Inscris !

En tête du premier feuillet

Que je n'ai pas de haine pour les hommes

Que je n'assaille personne mais que

Si j'ai faim

Je mange la chair de mon Usurpateur

Gare ! Gare ! Gare

À ma fureur !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article

commentaires