Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Je cherche un homme
  • Je cherche un homme
  • : A la manière de Diogène, philosophe cynique, regards sur la politique, l'université, la société.
  • Contact


Paris

Recherche

.

Archives

3 août 2008 7 03 /08 /août /2008 08:50

Le 18 juillet, Alexandre Adler, ex-futur directeur de l'Ecole Normale (Supérieure), faisait son cours sur France Culture, Fondation privée du régime en place.

Erudition, style années trente, culture 19e siècle, forgé par le bizutage de son école il est partout comme jadis Robert Brasillach, brillant normalien. Examinons sa belle phrase.

« Michel Polac, né juif sans aucun doute, ami de Siné et dont la femme Catherine Siné est sa productrice ... »

1) En principe un antisémite est très bien informé. Il a à sa disposition des fiches fournies par des informateurs des officines spécialisées, proches du Pouvoir.

2) « Juif sans aucun doute ». Comment reconnaître un Juif sans aucun doute ? Les antisémites le savent mieux que tout le monde. Leur livre de chevet Comment reconnaître le Juif ? de George Montandon (1940), professeur à l’Ecole d’anthropologie de Paris, permet de reconnaître « scientifiquement » un Juif.

3) «Michel Polac, juif ». Le seul qualificatif qu'un antisémite met en avant c'est la « race ». Par contre, Michel Polac, écrivain, journaliste, ... perdrait sa force antisémite. Pour les antisémites le monde est divisé en Juifs et non Juifs. Ces deux mondes ne sont pas égaux. En Israël par exemple, « tous les citoyens y sont égaux aux yeux de la loi, mais avec un statut préférentiel pour le groupe majoritaire ! » (Jean-Pierre Allali, site du CRIF).

4) « Michel Polac, né juif ». Le sang ! Le sang ! Ah, vous savez n'importe qui peut devenir juif aujourd'hui et ça peut altérer la race ! Le principe fondamental de tout antisémite est la non  « pureté de la race juive ».  J'ai pensé tout de suite à une conférence de Robert Samacher, psychologue clinicien, qui avait pour titre Nez juif ou né juif... point de mire de l'antisémite.

5) M. Adler essaie d'expliquer pourquoi un Juif (Michel Polac) soutient un « antisémite »  (Siné). Il l'explique par le fait que le Juif  a des relations d'argent avec la femme de l' « antisémite ». Un Juif ne peut soutenir un non Juif que par intérêt ! On retrouve ici le vieux cliché antisémite du Juif et de l'argent.

6) M. Adler, historien et bien informé, ne dira jamais dans son article que la femme de Siné est Juive ! Mais, est-elle née Juive ? Très majoritairement juive ? Une conversa ? La réponse ne nous intéresse absolument pas mais elle taraude les antisémites et associés.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article

commentaires

Léon 07/08/2012 18:52

"Comment reconnaître un Juif sans aucun doute ?".Suffit de le regarder..