Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Je cherche un homme
  • Je cherche un homme
  • : A la manière de Diogène, philosophe cynique, regards sur la politique, l'université, la société.
  • Contact


Paris

Recherche

.

Archives

2 août 2008 6 02 /08 /août /2008 07:55

J’ai trouvé la « première sortie » d’Eva Joly, militante chez Bayrou, excellente. Elle a accusé avec courage Nicolas Sarkozy de donner des instructions dans l’intérêt « de ses alliés politiques et amis » dans le dossier Tapie. L’homme d’affaires et comédien B. Tapie, ministre de Mitterrand, reconverti au Sarkozysme par amour, a récupéré à l’amiable 285 millions d’euros de la caisse de l’Etat.

Elle insiste, à juste titre, sur le fait que « la situation politique française est très bloquée, c’est un terrain pour beaucoup de populisme d’un coté, et de l’autre coté des discussions idéologiques ». Mais, dans cette situation d’inertie générale, « François Bayrou est plus orienté vers l’action. » Il est vrai que M. Bayrou a nommé M. Jean Peyrelevade, grand économiste, comme vice-président du MoDem afin de s’attaquer à la corruption en France et en Europe.

Jean Peyrelevade, ancien président du Crédit lyonnais, a été condamné, le 19 janvier 2006, à une amende de 500 000 dollars, cinq ans de mise à l’épreuve et interdiction de séjour aux Etats-Unis pendant trois ans (c’est le plus dur !), après avoir plaidé coupable d’accusations formulées à son encontre dans le dossier de l’acquisition d’Executive Life. Jean Peyrelevade avait été inculpé, entre autres chefs d’accusation dans cette affaire, de complicité, fraudes et fausses déclarations à des autorités de régulation du secteur bancaire américain.

Le juge américain J. Isaacs avait envisagé de poursuivre les auteurs pour « blanchiment en bande organisée ». Ce serait souhaitable que Mme Joly, spécialiste de la question, reprenne le dossier qui a coûté une fortune au contribuable français.  On connaîtra enfin la structure de la fameuse Dette publique. Elle se fera un plaisir d’interroger son vice-président, à titre de témoin, bien-sûr.

Elle pourra également enquêter sur le scandale monstre de « fluidification » de partis politiques et hommes politiques par la multinationale Siemens qui secoue actuellement l’Allemagne et la Grèce. L'Europe a donné du travail mais pas à tout le monde.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article

commentaires