Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Je cherche un homme
  • Je cherche un homme
  • : A la manière de Diogène, philosophe cynique, regards sur la politique, l'université, la société.
  • Contact


Paris

Recherche

.

Archives

7 juin 2008 6 07 /06 /juin /2008 21:23


Faut vous dire Monsieur

Que chez ces gens-là

On ne cause pas Monsieur

On ne cause pas on compte

 

Et puis et puis

Et puis il y a Frida

Qui est belle comme un soleil

Et qui m'aime pareil

Que moi j'aime Frida

Dans un pays catholique un jeune et brillant ingénieur, directeur de société, envisage de se marier. Problème. Il ne trouve pas de fille vierge catholique à la hauteur de sa capacité intellectuelle. Il se reconvertit à l’Islam pensant qu’il en reste encore de vierges musulmanes. Fatima, jeune étudiante, lui atteste sa virginité. La nuit de noces, patatras. La belle Fatima lui avait menti.

L’époux trompé demande l’annulation du mariage. Au tribunal, l’épouse avoue avoir menti sur « une qualité essentielle » reconnue par les deux parties. La juge prononce l’annulation du mariage car le contrat n’a pas été respecté. (Lire à ce sujet l'excellent blog http://www.maitre-eolas.fr)

Réflexions

1) Les jeunes-cadres-dynamiques-européens-de-niveau-international considèrent la femme comme objet sexuel, mère, cuisinière, secrétaire et confidente mais rarement comme femme. Dans les classes aisées, par sa dot - « qualité essentielle » reconnue- la femme sert de tremplin pour une carrière brillante des hommes de talent. Cette pratique est conforme aux principes féodaux et sécurise les successions.

2) Lecture du Deutéronome 22.20 : « ... si les signes de la virginité n'ont pas été trouvés chez la jeune femme, alors ils feront sortir la jeune femme à l'entrée de la maison de son père, et les hommes de sa ville l'assommeront de pierres, et elle mourra ; car elle a commis une infamie en Israël ... »  Comme il a justement dit le chanoine du Latran « l’instituteur ne pourra jamais remplacer le pasteur ou le curé » ; il a oublié le rabbin.

La religion (juive, catholique, musulmane) a laissé de traces profondes. Depuis deux mille ans, des gens ignorants nous ont fait croire que la (vierge) Marie a fait naître le fils de dieu sur le dos de Joseph par intervention du saint esprit ! L’émancipation de la femme et de l’homme passe par le combat contre les principes barbares de la religion. Mais il ne faut pas oublier que la religion fait partie de la sphère privée.

3) Il est important que chacun et chacune avant de se marier connaisse les « qualités essentielles » de l’autre. Imaginer Monsieur X, grand professeur et éminent juriste, ignorant l’article 180 du code civil sur les « qualités essentielles » de sa future femme, héritière richissime (63e fortune de France).

4) Les féministes savent que l’image de la femme « moderne » se façonne aujourd’hui par les agences de publicité, comme par exemple celle de Publicis dont le principal actionnaire est Mme Badinter, féministe. On se souvient de la pub Publicis pour le fabriquant de soupe Maggi qui vantait le produit Irresistibol avec le slogan : « A quoi rêve les blondes ? Irresistibol, au moins 7 minutes d’intelligence par jour ». Mais ma pub préférée de chez Mme Badinter (maître de conférences à l’école polytechnique) est celle sur le soutien-gorge Barbara qui faisait dire à une mannequin dénudée « quand on me dit non j’enlève mon pull » ou encore « mon banquier me préfère à découvert ».

5) Le mensonge de Fatima n’a pas marché. Pour épouser cet ingénieur il fallait avoir les moyens de sa politique. Se refaire une virginité était un minimum. Les filles-modèle de nos beaux quartiers en abusent sur ce domaine. Il est évident que Fatima est loin d’être « intégrée » dans la société française. D’après la jurisprudence de Françoise Sagan, pour garder son amant, il ne faut jamais avouer l’avoir trompé.

6) Les garçons et les filles catholiques, juifs ou musulmans doivent trouver une autre « qualité essentielle » que la virginité. Depuis mai 68 la virginité n’est plus une qualité dans l’espace laïque. Néanmoins, les intégristes de toute confession peuvent réclamer le remboursement de la réfection de l’hymen à la Sécurité Sociale. Il est conforme à la religion et au principe du libéralisme « quand le marché marche, tout marche ». Il est également conseillé de fréquenter les écoles dites libres, comme sainte Marie, sainte Geneviève, sainte Ursule (onze mille vierges !), ... Hélas, la laïcité n’a pas estompé les mœurs primitives des religions monothéistes. Il y a du travail à faire ...

7) La vie privée est devenue spectacle public (voir les aventures du président de la république). La pauvreté de la vie publique en est la cause principale. Aristote disait ironiquement aux tyrans qu'il fallait donner au peuple « du pain et du spectacle » pour mieux le dominer. Aujourd'hui, à défaut de donner du travail on abrutit le peuple avec du spectacle (de mauvaise qualité). La classe politique et leurs professionnels de la plume feraient mieux de trouver du travail à la jeune femme « de la banlieue francophone » au lieu de s'occuper de son hymen.

8) Le personnel politique de la haute société (n'ayant pas lu le jugement) s’indigne ; il est choqué ! Par qui ? Par l’ingénieur blanc qui répudie sa femme ? Par le lynchage médiatique de la jeune Fatima ? Pas du tout ! Les jésuites de la haute classe en ont après la juge qui n’a pas condamné la loi musulmane ! La Charia a encore frappé et Mme la juge du tribunal est complice ! Mme Badinter déclare avoir «  honte de la justice française ». Mme Dati essaiera d'annuler l'annulation pour lui faire plaisir. Au nom du droit coutumier. Pauvre Fatima ! Tu es pute pour le mari (d'un autre âge) et soumise pour Dati (dans sa robe panthère Dior). Ton crime est de vouloir vivre ta vie.

9) La thèse 4 du philosophe Alain Badiou est d’actualité : « L’amour doit être réinventé, mais aussi tout simplement défendu. Il est menacé sur sa gauche par le libertinage, qui le réduit aux variations sur le thème du sexe, et sur sa droite, par la conception libérale, qui le subordonne au contrat. »

 

Partager cet article

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article

commentaires