Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Je cherche un homme
  • Je cherche un homme
  • : A la manière de Diogène, philosophe cynique, regards sur la politique, l'université, la société.
  • Contact


Paris

Recherche

.

Archives

21 juin 2007 4 21 /06 /juin /2007 10:26

Il avait 25 ans. Maurice Audin, mathématicien à la faculté d'Alger disparaît le 21 juin 1957. Il était communiste, membre du PC algérien et militant anticolonialiste. Il avait opté pour l'Algérie libre. Il a été arrêté par les parachutistes du général Massu et torturé. Henri Alleg l'avait rencontré au centre de tortures d'El-Biar : " Il faisait chaud. Maurice portait une chemisette. Je revois son visage défait. Son bourreau l'a amené devant moi et lui a crié : "Audin, dis à ton ami les horreurs qu'on t'a faites hier soir. Ainsi, ça lui évitera de les subir, lui aussi !", se souvient Henri Alleg. Maurice m'a regardé. Il a juste lâché dans un souffle : "C'est dur, Henri..." "

"A l'abri des lois d'amnistie promulguées en cascade depuis l'indépendance, les tortionnaires de Maurice Audin ont poursuivi tranquillement leur carrière au sein de l'armée. Le meurtrier présumé du jeune mathématicien a même été décoré de la Légion d'honneur (il est mort avec le grade de commandeur). A ce jour, la République française n'a toujours pas reconnu solennellement l'assassinat d'Audin." (Le Monde, 21.6.2007)

On notera le geste symbolique de résistance de Laurent Schwartz, directeur de thèse du jeune mathématicien. Il a fait soutenir la thèse en décembre 1957 à Paris en l'absence du candidat "terroriste". Et pour honorer la mémoire il a créé un prix Maurice Audin en Mathématiques décerné chaque année à un jeune Algérien et à un jeune Français.

A ce jour sa famille ne connaît toujours pas le sort réservé à Maurice Audin, mort à la suite des tortures. Les plus hautes autorités civiles et militaires françaises ont toujours couvert les responsables de ce forfait. La femme de Maurice Audin fait appel au président de la République pour la reconnaissance de ce crime de l'armée coloniale.

Le jeune mathématicien "avait le mauvais goût" d'être pour une Algérie indépendante dans l'océan de ces collègues en métropole très "Algérie Française". C'était la "norme" de l'époque à l'Université (l'esprit critique !) comme aujourd'hui d'ailleurs à propos des colonies.

Le cas Audin rappelle un autre mathématicien, Evariste Galois (1811-1832) qui était à l'époque républicain extrêmement minoritaire au milieu des royalistes. Exclu de l'Ecole Normale, arrêté et mis en prison pour son action politique pour la République.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by dimitri - dans Bulletin
commenter cet article

commentaires